-- -- -- / -- -- --
Nationale

46e marche des étudiants: Les revendications politiques maintenues

46e marche des étudiants:  Les revendications politiques maintenues

Le mouvement des étudiants maintient la mobilisation pour le 46e mardi de suite, faisant ainsi montre d’une détermination constante malgré le nombre décroissant des marcheurs lors de ce rendez-vous. Munis, comme d’habitude, de leur « silmya », les manifestants , étudiants et citoyens lambda, ont battu le pavé ce mardi à Alger, mettant l’accent sur un ensemble de revendications politiques.
Visiblement, le mouvement estudiantin se met au diapason de l’actualité nationale et l’évolution de la situation politique et lance « un hashtag revendications du Hirak populaire ». Une foultitude de pancartes jaunes ont été arborées hier, portant plusieurs revendications en rapport avec les réformes à introduire dans divers secteurs. Sur les écriteaux en question, qui ont été soigneusement confectionnés, on pouvait lire, entre autres revendications, « Dissolution des deux chambres du Parlement, les APC et les APW, organisation des élections législatives et locales anticipées », « Concrétisation de l’ouverture politique et médiatique », « La séparation entre les pouvoirs », « Limitation des prérogatives du président de la République », « la poursuite de la lutte contre la corruption et l’interdiction aux symboles du l’ancien régime d’exercer toute activité politique », « Implication des spécialistes en droit constitutionnel en vue de participer à l’élaboration de la nouvelle Constitution à travers des chantiers élargis », « Transition démocratique négociée »
Sur cette initiative, Houda, une étudiante hirakiste, nous a expliqué qu’« après concertation et débat entre étudiants, il a été décidé de mettre en exergue une série des principales revendications, portées par les étudiants en avant-garde de la marche. C’est aussi une manière de signifier au pouvoir en place que notre mouvement est en phase de se transformer en une force de proposition et ne se limite pas uniquement à des slogans et clameurs chaque mardi ».
Cela étant dit, les manifestants ont également insisté, par le biais de leurs slogans sur la remise en liberté des détenus du Hirak qui sont encore en prison mais aussi sur la liberté de la presse et l’indépendance de la justice. « Harirou elmou3takaline, harirou sahafa, harirou el3adala » (libérez les détenus, libérez la presse, libérez la justice). Dans ce sens les contestataires s’en sont pris impitoyablement aux médias nationaux qu’ils considèrent comptables de la censure médiatique pratiquée sur le mouvement de contestation : « Ya sahafa ya chiatine, antouma s’babna ya el-madhlouline » (presse lèche-bottes, vous êtes responsables de ce qui arrive, serviles ! ) 
L’autre revendication constituant le cœur de toutes les revendications du mouvement de constatation, faut-il le rappeler, est « Un Etat civil, pas militaire ». « Dawla madanya machi 3askarya sem3ou sem3ou ya ness, Abane khella wsaya », (Etat civil, pas militaire. Ecoutez, Abane a laissé un testament), clamaient à l’unisson les manifestants. 
Il convient de signaler que plusieurs campus, notamment ceux des sciences sociales, sont en période d’examens, d’où la régression légère constatée en termes de nombre de manifestants sortis en ce 46e mardi. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email