-- -- -- / -- -- --
Nationale

416 morts sur les routes durant le dernier ramadhan

416 morts sur les routes durant le dernier ramadhan

Malgré la batterie de mesures prises par l’Etat pour tenter de contrôler le flux routier et, par la même occasion, diminuer le taux de mortalité sur les routes, la situation demeure ingérable face à l’hécatombe qui engendre des milliers de morts chaque année.

La Gendarmerie nationale a dénombré 416 morts et 3 356 blessés à travers 1 920 accidents de la circulation survenus durant le ramadhan passé.
C’est ce qu’a dévoilé hier le bilan du Commandement de la GN. Selon l’étude faite par des spécialistes relevant de l’Institut national de criminologie et de criminalistique (INCC), 88 % des accidents sont dus au facteur humain qui, selon ces experts, demeure la cause principale des accidents de la circulation.

C’est ainsi que 806 accidents sont dus à l’excès de vitesse, 261 aux dépassements dangereux et 106 au non-respect de la distance entre un véhicule et un autre.
D’après la Gendarmerie nationale, le nombre de morts recensés sur les routes durant le ramadan passé est le plus important de ces dix dernières années. Chaque jour, de nouveaux décès sont dénombrés.
C’est ainsi que lundi passé, 21 personnes sont mortes dans des accidents de la circulation. Un bilan très lourd. De leur côté, les secouristes de la Protection civile sont intervenus dans plus de 1 800 accidents de la circulation durant le mois de ramadhan.
L’excès de vitesse et les dépassements dangereux sont les deux principales causes qui sont derrière la lourde facture des décès survenus sur les routes durant le ramadhan. Uns véritable hécatombe malgré la vigilance des services de sécurité. Il semble que le durcissement des mesures de répression et les campagnes de prévention n’ont été d’aucune utilité pour faire fléchir la courbe des accidents de la circulation.
Au premier jour du ramadhan, les sapeurs-pompiers ont dénombré la mort de 18 personnes sur les routes et 34 autres blessées.
La plupart ont perdu la vie à quelques dizaines de minutes d’El Adhan d’El Maghreb, ce qui dénote la grande vitesse à laquelle la plupart des conducteurs recourent afin de rompre le jeûne en famille.
L’excès de vitesse y est pour beaucoup dans les accidents.
Malheureusement, ce genre de comportement continue d’arracher des vies comme durant les ramadhans passés, où le nombre des décès sur les routes était fortement élevé.
Il est temps de mettre un terme à ces accidents routiers en durcissant davantage le code de la route, en augmentant les amendes contre les conducteurs impliqués dans des accidents de la circulation, ou contre ceux qui ont commis des infractions graves au code de la route.
Pourquoi les accidents routiers sont, chaque année, plus nombreux durant le ramadhan par rapport à d’autres périodes de l’année ?
Les observateurs et les experts s’interrogent sur la gravité de la situation. Pour eux, le problème se situe dans les comportements néfastes de certains chauffeurs qui recourent à des pratiques dangereuses et mettent en péril d’autres usagers et, par conséquent, engendrent des victimes.
Certains conducteurs perdent le contrôle généralement suite à la fatigue.
C’est ainsi que, les unités de la Protection civile ont enregistré, durant les quatre premiers jours du mois sacré, 2 000 interventions pour répondre aux appels suite à des accidents de la circulation qui se sont produits, dans la majorité des cas, à quelques dizaines de minutes seulement de l’heure du repas.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email