-- -- -- / -- -- --
Nationale

40 harraga dont 2 candidats au BAC interceptés à Annaba

40 harraga dont 2 candidats au BAC interceptés à Annaba
Un phénomène qui explique la détresse des jeunes

Au moins 40 immigrants clandestins algériens dont deux jeunes candidats au BAC 2021, à bord deux deux embarcations de fortune, ont été arrêtés non loin des côtes italiennes. C’est ce qu’a fait savoir ce mercredi une source sécuritaire à Annaba.

La première embarcation à bord de laquelle se trouvaient les 14 candidats à l’immigration clandestine, dont 10 sont originaires d’Annaba, 4 de la wilaya d’El-Tarf, avait pris le départ lundi dernier à partir de la plage d’échouage d’Oued Bakrat, a été interceptée par les éléments les éléments de la garde maritime à environ 45 miles marins au Nord du cap de garde de Ras-El-Hamra.

La seconde embarcation qui avait pris le départ le même jour à partir de la plage de Sidi Salem, a été, par contre, interceptée par les garde-côtes italiens.
Les membres de ce groupe, selon nos sources, étaient composés de 26 candidats, dont 6 mineurs. Parmi les mineurs se trouvent deux candidats aux épreuves du baccalauréat qui se déroulent actuellement.
Les deux candidats sont cousins, et selon un membre de leur famille, ils avaient pris la décision de la traversée dans la nuit de samedi à dimanche dernier. C’est un véritable drame pour les parents qui s’attendaient à ce que leurs enfants passeraient les examens du baccalauréat comme tous les enfants du pays.

La “harga” a atteint, ces jours-ci, un feu de départ infernal à partir du littoral d’Annaba et d’El-Tarf.
De nouveaux candidats à l’émigration clandestine, en provenance de différentes wilayas du pays ont fait leur appariation depuis plusieurs jours dans les rues la Coquette à la recherche de passeurs.

Cette recrudescence de la harga qui concernera des personnes de tous les âges n’étonne plus le citoyen lambda, car devenue, devant la crise économique que traverse le pays, l’ultime espoir pour la recherche d’une vie meilleur. Le danger de cette traversée de la mort est omniprésent dans l’esprit de chaque candidat à l’émigration clandestine. Selon un décompte de l’OIM (Organisation internationale pour les migrations), rien qu’en une semaine, du 13 au 19 juin dernier, 1594 migrants ont été secourus et intercepté en mer.

En 2020, 14.388 migrants ont été secourus, dont des femmes et des enfants. Et la situation devient plus compliquée avec la disparition ou la mort de milliers de migrants.
En Algérie, en l’espace de moins d’une semaine seulement, les garde-côtes, qui sont en alerte permanente, réussissent, de temps en temps, à faire avorter plusieurs tentatives d’immigration clandestine, mais cela est insuffisant devant l’ampleur du phénomène. Depuis le mois de mai dernier, plus de 900 tentatives à l’émigration clandestine ont été déjoué par les gardes cotes. Mais le vrai débâcle national est celui des migrants qui ont réussi à déjouer la vigilance des gardes-côtes et rejoindre l’autre rive de la méditerranée. Selon des décomptes locaux, provenant des milieux de la harga, plus de 3000 jeunes, depuis le mois de janvier, ont réussi la traversée sans faille à partir des cotes d’Annaba et d’El-Tarf.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email