-- -- -- / -- -- --
Nationale

37ème vendredi du mouvement populaire

37ème vendredi du mouvement populaire

Si aucun doute n’a plané autour de l’affluence attendue pour le 37ème vendredi de la révolte populaire, une inconnue a toutefois suscité des interrogations. L’appel lancé par certains cercles de militants de formations politiques pour une marche en soutien à la tenue des élections du 12 décembre. Constat aucune âme n’est venue perturbée à Constantine l’appel à la « liberté » lancé par les manifestants mobilisés depuis le 22 février. « Pas d’élections maa el issabet », « djazayr houra démocratya », « dawla madanya machi askarya », ont encore fusaient durant toute la marche entamée dès 13 heures 30.

Des milliers d’hommes et de femmes ont ainsi comme attendu sillonné le coutumier parcours du centre-ville dans une marche que l’on pourrait qualifier d’une parmi celles ayant drainé le plus de monde dans la capitale de l’Est. Une mobilisation historique en cette date anniversaire bien qu’elle fut quelque peu perturbée entre 15 heures et 16 heures par la pluie poussant certains à chercher abri sous les arcades de la rue Abane Ramdane. L’avenue Belouizdad n’a cependant pas désempli durant ce rendez-vous marquant la célébration du déclenchement il y a 65 ans de la révolution algérienne. Les marcheurs ont scandé pour la circonstance des slogans rappelant aux valeureux martyrs qu’ils étaient leurs dignes héritiers « N’touma harrartou lebled we hna nhar’rou al’ïbed » (Vous avez libéré le pays et nous allons libérer les hommes). L’hymne national ou encore des chants patriotiques tel que min djibelina ou djazairouna ont été chantés par les manifestants dans une ambiance le moins que l’on puisse dire pleine d’émotion. Des portraits de chouhada et ceux de détenues d’opinions ont été aussi hissés.

Les marcheurs semblaient aussi s’en tenir à leur mot d’ordre refusant tout compromis pour la tenue d’élections le 12 décembre.« makach liintikhabet maa généralet el khafaa sounaa el issabet » (Pas d’élections avec les généraux de l’ombre faiseurs de clans).

La suite fut relayée aux cercles habituels ayant élu domicile depuis des semaines au niveau de la place dounya taraif. Débats et discussions autour des derniers développements qu’a connue la scène politique nationale ont permis aux animateurs et à des citoyens anonymes de décortiquer les évènements dont le discours du chef de l’Etat par intérim, Abdelkader Bensaleh.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email