-- -- -- / -- -- --
Nationale

37e marche des étudiants : Les cinq candidats dans le viseur des étudiants

37e marche des étudiants : Les cinq candidats dans le viseur des étudiants

Le mouvement de contestation estudiantin poursuit sa mobilisation sans relâche signant ce mardi à Alger sa 37e marche pacifique, contre les restes du régime contesté et les élections du 12 décembre prochain.

Le rassemblement d’une foule impressionnante a eu lieu, comme à l’accoutumée, à la place des Martyrs où la marche a démarré aux alentours de 10h 30, empruntant le tracé habituel avec une foule qui s’amplifiait progressivement.

Étant au diapason de l’actualité nationale, les manifestants ont veillé à la mise à jour de leurs slogans. Ce sont surtout les cinq candidats à la candidature pour l’élection présidentielle, dont les dossiers ont été officiellement validés par l’Autorité nationale indépendante des élection (l’ANIE), qui deviennent la cible du mouvement de contestation. Après les trois « B », c’est donc au tour des cinq « A ». Munis de leurs écriteaux, les marcheurs n’hésitent à tourner en dérision les cinq candidats en lice pour la prochaines présidentielle et qu’on estime parmi les symboles du système. « El3ahat el-khamssa = 5e 3ohda khamissa » (les cinq ‘’A’’ = 5e mandat), « Je ne vote pas, je veux le changement », « Bouteflika, reprenez vos enfants, Il n’y aura pas de 5e mandat » ou encore le fameux slogan du mouvement populaire adopté depuis septembre « makach el’vot walah mandirou… », (pas de vote, nous n’allons pas le faire).

Les manifestants ont entonné aussi, chemin faisant, des slogans revendiquant « un Etat civil et pas militaire », et la remise en liberté des détenus d’opinion et du Hirak. « Libérez les détenus, ils n’ont pas vendu la cocaïne » « libérez nos enfants » répétait la marée humaine qui avançait avec pugnacité à travers les rues d’Alger-centre. En guise de solidarité, certains marcheurs portaient l’effigie du moudjahid Lakhdar Bouregaâ, en détention depuis juin dernier.

Ce 37e mardi, les milliers d’étudiants et citoyens lambda, en parfaite cohésion, n’ont pas manqué de porter leur soutien également aux magistrats qui observent un mouvement de grève contre les décisions de mutation prise par la tutelle. Un soutien qui va jusqu’à l’adoption de la revendication de ces magistrats grévistes, à savoir « la démission du ministre de la Justice ». « Ya kodate matkhafouch men el-3issabet » (Magistrats, n’ayez pas peur des gangs), « sahafa horra, adala moustakila » (presse libre, justice indépendante), clamaient les contestataires, tout en avançant vers le centre d’Alger dans une ambiance marquée par la bonne organisation et la grande combativité.

Malgré un dispositif sécuritaire important qui barricadait plusieurs accès à Alger-centre, les marcheurs ont tenté de rejoindre le siège de l’Assemblée populaire nationale (APN), en vue d’exprimer leur rejet du projet de loi sur les hydrocarbures débattu hier à l’hémicycle de Zighoud-Youcef.

Il est question, cela dit d’une catégorie engagée et qui a fait preuve de sa foi en son combat. « talba wa3oun, lil Hiraki dafi3oun », (les étudiants sont conscients, ils impulsent le Hirak), scandaient-ils, ( Djazayer ya Dajzayer, kalbi 3lik rahou hayer » ( Ô Algérie, nous nous inquiétons pour toi), poursuivaient les participants. Et pour conclure les belles images de cette 37e édition du mouvement étudiant, il y a cette pancarte où l’on peut lire : « La révolution est basée sur une terre, cette terre est basée sur la liberté, la justice, et l’équité ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email