-- -- -- / -- -- --
Nationale

30e marche des étudiants : Toujours unis et solidaires

30e marche des étudiants : Toujours unis et solidaires

Ce mardi encore à Alger, le 30e mardi de marche des étudiants a été grandiose et atteste de la détermination de cette corporation à poursuivre la mobilisation contre le régime contesté. Force est de constater aussi que la manifestation d’hier a connu quelques changements dans son début et dans l’itinéraire emprunté par les marcheurs.

En effet, les étudiants qui, d’habitude à débutent leur marche après un débat citoyen à la place des Martyrs, n’ont pas pu le faire hier et le rassemblement comptait quelques dizaines de personnes seulement, dont la plupart sont des citoyens lambda. La régression visible du nombre de marcheurs est due, faut-il le signaler, aux arrestations opérées devant la bouche de métro de la Place des martyrs par les services de sécurité. Mais la foule prenait de l’ampleur au fur et à mesure que les étudiants et autres marcheurs adhéraient massivement. Les slogans de cette 30e édition du Hirak étudiant étaient focalisés sur le départ du régime et le rejet de la présidentielle dans les conditions actuelles où règne un climat politique tendu.

D’emblée, les contestataires ont clamé « makanch intikhabet ya el3issabet » (pas d’élections avec les gangs), « dawla madania machi askaria » ( Etat civil pas militaire) , « makach el’vote wallah mandirou, Bedoui Bensalah lazem ytirou, ila b’rssas habitou tirou, walah mana habssine » ( pas de vote, on ne va pas le faire, Bedoui et Bensalah doivent partir, même si vous utilisez des balles, nous n’allons pas nous arrêter).

Voyant le dispositif sécuritaire doublement renforcé, les manifestants criaient à tue-tête « h’naya toulab machi irhab » (nous sommes des étudiants pas des terroristes), (3assou Total machi la capitale » (surveillez Total pas la capitale), « ya lal l3ar 3assimma taht elhissar » (quelle honte, la capitale est sous le blocus).

Chemin faisant, les marcheurs marquaient des haltes et usaient de slogans mettant en valeur leur statut d’étudiant : « talaba wa3oun, li’nidam rafidoun, li Badoui w’Bensalah rafidoun, li elintikhabet rafidoun » (les étudiants sont conscients, ils refusent le régime, Bedoui, Bensalah et les élections).

Aussi, les étudiants ont toujours souligné leur attachement aux moudjahidine et martyrs de la guerre de libération pour leurs sacrifices pour ce pays. « Awfia li dima chouhada » (fidèles au sang des martyrs), « istiklal, istiklal…. » (L’indépendance, l’indépendance…), assène la voix des contestataires encerclés par des ceintures sécuritaires en pleine rue Ali-Boumendjel. Les revendications etaient ont été mises en exergue, également, sur les pancartes arborées par les manifestants : « chaab masder koul solta » (le peuple est source de tout le pouvoir), « sahafa horra, adala moustakila » (presse libre et justice indépendante) « hirak toulabi woukoud ethawra silmya – mardi 17 septembre » (Hirak étudiant, le carburant de la révolution pacifique. Mardi 17 septembre).

La communauté estudiantine, et après une permanence réussie durant un été des plus caniculaires et un retour en force en ce mois de septembre, affiche sa résolution de ne pas faire machine arrière et de préserver la réappropriation de l’espace public et son droit de manifester, délibérément confisqué sous l’ère de la « 3issaba ».

Arrivée à l’avenue Pasteur, la marée humaine a évité le boulevard Khemisti et poursuivi son tracé tout droit pour ensuite tourner vers la rue du 19-Mai 1956. La foule a déferlé vers la rue Didouche-Mourad, rue Sgt Addoun- Mohamed, les boulevards Khemisti et Colonel Amirouche, en passant par la rue Feroukhi pour rejoindre la grande artère Didouche-Mourad jusqu’à la Grande poste.

Quelques instants seulement avant la clôture de cette 30e manifestation, une étudiante très active, s’est fait arrêter devant la faculté centrale. Un acte qui a suscité l’affolement et l’irritation au sein des manifestants qui se sont rués pour libérer leur camarade. La foule s’est vite déchaînée en entonnant d’autres slogans révélateurs, avant de se calmer et de féliciter chaleureusement les étudiants pour leur détermination indéfectible.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email