-- -- -- / -- -- --
Nationale

2e Forum de Mobilis : Développer un contenu 100% algérien

2e Forum de Mobilis : Développer un contenu 100% algérien

La deuxième édition du forum de Mobilis a eu lieu hier au siège de la direction générale de l’opérateur à Alger. Le thème de cette édition a été la création du contenu local.

Créer un contenu 100% algérien sur le Net est possible, mais plusieurs facteurs freinent l’émergence d’un nouveau contenu produit et hébergé en Algérie. Plusieurs panélistes spécialistes du sujet ont abordé cette problématique plus que jamais d’actualité, à l’instar de Youcef Aklouf, directeur de l’ANPT (Agence nationale de la promotion des parcs technologiques), qui a abordé l’effort des PTIC en termes d’incubation de projets, et des startups IT notamment grâce à l’incubateur du Cyber Parc de Sidi Abdellah où plus de 15 startups ont émergé dans le domaine des TIC, et qui contribuent à la création d’un contenu local 100% algérien. Pour sa part, Zine Seghier, directeur général d’Issal, premier opérateur Cloud en Algérie, explique que le contenu en Algérie est essentiellement un contenu d’utilisateurs, dont la majeure partie est dans les réseaux sociaux.

Il indique également que les utilisateurs algériens sont plus arabophones que francophones, le contenu en langue arabe a plus d’audience que celui en langue française. L’arrivée de nouvelles technologies tels que les terminaux mobiles (smartphones et tablettes) ainsi que le passage de l’Algérie à la 3G a révolutionné l’écosystème algérien du Web qui s’oriente de plus en plus vers l’univers du mobile. Nassim Lounès, journaliste spécialisé dans les TIC et fondateur d’une agence de communication digitale, explique avec chiffres à l’appui qu’avant l’arrivée de la 3G en Algérie moins de 12% du trafic d’Internet était sur des terminaux mobiles, mais la donne a changé depuis l’arrivée de la 3G avec 25% du trafic qui passe par le mobile, et la tendance va vers l’augmentation de la part du mobile dans le trafic. Les panélistes ont évoqué le problème d’hébergement qui se fait le plus souvent à l’étranger, ce qui représente un frein pour les développeurs de contenu algérien.

L’absence d’investisseurs dans l’hébergement de données et les data center a été abordé également, car ce sont des investissements lourds et peu d’entreprises optent pour l’hébergement à l’étranger, qui se fait de plus en plus facilement. L’autre problématique abordée est la monétisation du contenu par ses développeurs. L’absence du paiement électronique en Algérie constitue un énorme obstacle pour la monétisation du contenu, nous explique Nassim Lounès. Les trois moyens existant pour les développeurs pour monétiser leur contenu sont le modèle B to B où les développeurs vendent du contenu directement à une entreprise, par exemple une application ; l’autre modèle B to C (Business to consumer) où les développeurs font payer aux consommateurs le contenu, mais avec l’absence du paiement en ligne en Algérie quelques entreprises se sont adaptées à cette contrainte comme l’utilisation de mandats CCP pour le paiement de certains contenus. Enfin la dernière solution pour monétiser un contenu est la publicité. En effet, le marché de la publicité dans le Web a explosé ces dernières années, il est estimé à plus de 100 milliards de dollars et il représente 22% du marché de la publicité globale.

D’autre part Mobilis va bientôt mettre en place une plateforme SDP (Service Delivery Platform) qui va proposer aux développeurs de créer des applications grâce à des templates déjà prédéfinies, avec un service d’accompagnement qui va aider le développeur à héberger et à monétiser son application.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email