-- -- -- / -- -- --
Nationale

28e vendredi : Mobilisation toujours aussi forte

28e vendredi : Mobilisation toujours aussi forte

Le mouvement populaire a signé,ce vendredi, le 28e vendredi de mobilisation, le dernier avant la rentrée sociale. Comme à chaque vendredi depuis le 22 février, les Algériens ont investi la rue à Alger et dans plusieurs wilayas pour réclamer d’une seule voix un changement profond du système.

Défi relevé pour le mouvement populaire qui n’a manqué aucun vendredi, d’autant qu’il était question de maintenir le cap jusqu’à la rentrée sociale. Quoique le nombre des manifestants a baissé en comparaison avec les premières semaines de contestations, en raison des fortes chaleurs, du mois de ramadhan et des départs en vacances, le mouvement populaire a le mérite de maintenir la « permanence ».

En effet, toutes ces épreuves qu’a passées le mouvement populaire n’ont pas altéré la détermination des manifestants qui reste intacte. Ce 28e vendredi consécutif marque donc le retour en force des manifestants sur le terrain. Comme à l’accoutumée, c’est en matinée que le coup d’envoi de la marche est donné avec la formation des premiers groupes de manifestants dans les rues et places, désormais symboles du hirak, alors qu’un important dispositif sécuritaire est déployé. A travers les slogans scandés et les pancartes brandies, les manifestants réaffirment leur attachement aux revendications. Si l’instauration d’un Etat civil non pas militaire reste le slogan phare de la marche, les marcheurs ont scandé d’autres slogans. Ils réclament le changement du système et le départ de ses symboles. « Djazair houra dimoqratiya » (Algérie libre et démocratique), « Le peuple veut l’indépendance », « la narka3 » (On ne va pas abdiquer), « Makach hiwar maa el 3issaba » (Pas de dialogue avec le gang) sont, entre autres, les slogans scandés et mentionnés sur les écriteaux des manifestants qui ont emprunté les principales artères de la capitale. Ils réclament en outre la libération des détenus arrêtés lors du hirak, à l’instar du moudjahid Lakhdar Bouregaâ.

Rappelant la légitimité des revendications, les marcheurs, qui soulignent le caractère pacifique des marches, réclament le départ de Bensalah et de Bédoui, refusent le « recyclage du système » et plaident pour une période de transition. Une option refusée par le pouvoir qui appelle à l’organisation d’une élection présidentielle dans de brefs délais, comme cela a été indiqué par le chef d’Etat-major de l’ANP dans son dernier discours. Comme pour faire preuve de détermination, ils ont scandé « ya hna, ya ntouma, maranach habssine » (Soit vous, soit nous, on ne va pas s’arrêter). Une manière de dire que le mouvement populaire va encore durer dans le temps jusqu’à satisfaction des revendications.

Avec une aussi forte mobilisation, marquée par une marche grandiose qui a regroupé des dizaines de milliers de manifestants, le mouvement populaire fait sa rentrée et reprend de plus belle.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email