-- -- -- / -- -- --
Nationale

25e marche des étudiants: Une conférence le 17 août

25e marche des étudiants: Une conférence le 17 août

La communauté estudiantine ne se décourage pas et poursuit sa mobilisation pour le 25e mardi d’affilée. En effet, ils étaient plusieurs centaines d’étudiants et de citoyens à battre le pavé ce mardi dans la capitale.

Quelques instants avant le début de cette 25e manifestation, qui est intervenue au lendemain de l’Aïd-el-Adha, les citoyens, ayant pris l’habitude de venir à la rescousse des étudiants, ont aussitôt commencé à entonner « yahia talaba yahia talaba » (vive les étudiants, vive les étudiants), en signe de reconnaissance de leurs efforts en termes de mobilisation sans répit, et ce, depuis le début du mouvement populaire le 22 février dernier. Un message qui ne pourrait que « faire chaud au cœur » à cette corporation qui continue de maintenir la pression malgré les conditions peu favorables, voire contraignantes au vu des mesures sécuritaires draconiennes et la vague de chaleur qui s’abat sur toutes les régions du pays. Après l’hymne national entonné à la place des Martyrs, les marcheurs ont d’emblée réitéré leur refus du processus du dialogue : « makache hiwar m3a el3issabat » (pas de dialogue avec les gangs), « mezinou n’har lyoum tatanahaw ga3 ». La foule prenait de l’ampleur au fur et à mesure avec à l’avant-garde des citoyens et d’anciens moudjahidine. Ces derniers ont fait preuve d’une solidarité et d’un courage inégalés. Hocine, simple citoyen, est devenu un fidèle à ce rendez-vous hebdomadaire rassemblant les différents campus d’Alger. « Nous sommes là pour le énième mardi pour soutenir nos étudiants. Vive les étudiants », scande-t-il tout en marchant. « L’Algérie et sa jeunesse ne sont pas à vendre. Le pays des chouhada est prêt à résister encore jusqu’à la concrétisation de nos revendications. Nos martyrs ont dû mener un combat de plus de sept ans, il ne faut pas s’essouffler au bout de six mois », s’est-il adressé à la marée humaine avec emphase. Il convient de relever que les policiers ont été déployés tout au long de l’itinéraire de la marche. Plusieurs slogans ont retenti dans les rues Bab Azoun, Larbi-Ben M’hidi et l’avenue Pasteur : « dawla madania machi askaria » (Etat civil non militaire), talaba samidoune, l’hokm el3asker rafidoune » (les étudiant résistent et refusent le régime militaire), « sahafa hora, 3adala moustaqila » (pour une presse libre et une justice indépendante).

Marquant plusieurs haltes pour préserver le caractère pacifique et harmonieux de leur manifestation, les marcheurs improvisaient de nouveaux slogans tel « Ya qodhat, ya qodhat, araj3ou lilmassirat » (Magistrats reprenez les marches ! ). Une manière de signifier aux autres corporations que la mobilisation doit se poursuivre au sein de chaque secteur et pas seulement à l’université.

Au début du Boulevard Khemisti, Kamel, un manifestant frôlant les soixante-dix ans, s’est dirigé vers nous pour « vider son sac », car visiblement il en a gros sur le cœur : « ce peuple est sorti pour dénoncer la ‘’hogra’’, l’injustice et la dilapidation de l’argent public. Pourquoi cette iniquité barbare ? », s’est-il interrogé avec amertume, ajoutant avec regret : « Une minorité pille et dilapide l’argent du peuple, alors que beaucoup d’Algériens sombrent dans la misère. Des femmes sans abri livrées à elles-mêmes et exposées à tous les fléaux et les dangers ». « Il suffit juste de faire une virée à la tombée de la nuit du côté de square Port-Saïd, de Bab El Oued ou de Belouizdad pour se rendre compte de la gravité de la misère de ce peuple », lâche-t-il

La conférence nationale des étudiants prévue pour le 17 août à Alger

La communauté estudiantine, parallèlement aux marches, envisage de tenir une rencontre nationale le 17 août au palais des Expositions, des Pins-Maritimes, apprend-on auprès d’un membre du forum des étudiants. Muni d’une pancarte indiquant que « la conférence nationale des étudiants est imminente », Ramzi nous a déclaré qu’il s’agit d’une rencontre initiée par deux structures estudiantines, à savoir le Forum des étudiants et le Pôle des étudiant algériens d’Alger composé de treize établissements universitaires, dont douze écoles supérieures. La démarche, explique-t-il-, a pris forme suite à moultes séances de négociations tenues entre le Forum et le Pôle d’Alger, qui ont été élargies, par la suite, à d’autres dynamiques souhaitant adhérer à cette initiative. De ce fait, le collectif des dynamiques du hirak organisera la conférence nationale des étudiants, car la communauté estudiantine algérienne est décidée à s’imposer et à prendre son avenir en main.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email