-- -- -- / -- -- --
Nationale

2,5 millions de quintaux de semoule vendus en un mois

2,5 millions de quintaux de semoule vendus en un mois

Plus de 2,5 millions de quintaux de semoule, soit la consommation de 3 mois en période ordinaire, ont été vendus en seulement un mois, a indiqué Karim Gueche, secrétaire général du ministère du commerce.

M. Gueche a assuré, lors de son passage sur les ondes de la chaîne 3 de la radio nationale, que malgré la forte demande sur la semoule, il n’y a pas de pénurie mais une « tension » créée par l’auto-stockage des ménages. « Depuis le début de la pandémie, l’OAIC intervient à hauteur de 110 quintaux de blé dur qui sont livrés aux 157 semouleries en exercice pour produire de la semoule », a-t-il précisé. Le ministère du commerce s’attend selon M. Gueche à une baisse de pression sur le produit dans les prochains jours.

« Les remontées d’informations montrent que cette tension s’estompe notamment au niveau des wilayas de l’ouest, un peu moins au centre du pays, tandis qu’elle persiste dans des wilayas de l’Est du pays », a-t-il expliqué. Il faut noter, que durant les premières semaines de la propagation du Coronavirus, les marchés ont été impactés suite aux mesures de confinement et les restrictions sur la circulation et les rassemblements, suscitant chez le citoyen une frénésie d’achats pour stocker.

La forte demande sur les produits alimentaires, a été beaucoup plus importante que les prévisions et la multiplication des quantités achetées ont entraîné une rupture de stock, notamment, pour la semoule. Par ailleurs, M. Gueche a évoqué le dispositif de radiation des commerçants dont la culpabilité a été prouvée en matière de spéculation, monopole ou vente de produits périmés, engagé par le département de Rezig. Sur ce registre, il a révélé que près de 400 demandes de radiation définitive du Registre de commerce ont été introduites auprès des juridictions compétentes. « Nous avons demandé la sanction d’un certain nombre de spéculateurs qui ont été débusqués lors des opérations conjointes menées avec les services de sécurité », a déclaré encore Gueche Karim, secrétaire général du ministère du commerce.

Il a indiqué que le dispositif de contrôle des pratiques commerciales, préparé depuis le mois de janvier dernier, a été mis en place dans les 48 wilayas pour « lutter contre les pratiques spéculatives qui seraient le fait de commerçants indélicats ». Selon le SG du ministère du commerce, ce dispositif a déjà porté ses fruits « avec la lutte contre les fraudes et la spéculation durant cette pandémie », en permettant de « stabiliser les prix au niveau national ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email