20 000 personnes atteintes chaque année  : La rage sévit toujours  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Lifestyle

20 000 personnes atteintes chaque année  : La rage sévit toujours 

20 000 personnes atteintes chaque année  : La rage sévit toujours 

Chaque année, 20 000 personnes sont atteintes de la rage, dont la majorité sont des enfants. Un réel problème auquel il faut faire face, et ce à travers le lancement d’un plan national de lutte 2023-2027 contre la rage. C’est ce qu’a indiqué, mercredi, le ministre de la Santé, Abdelhak Saihi, à Alger.

Hier, le ministre a annoncé le lancement d’un plan national stratégique 2023-2027, visant à lutter définitivement contre la rage d’ici 2030, et ce lors de la cérémonie commémorative de la Journée mondiale de la lutte contre la rage, le 28 septembre de chaque année, sous le thème : « La rage : une seule santé, zéro décès ». 

En coordination avec l’Organisation mondiale de la santé et l’Alliance mondiale, le ministre de la Santé a mis en avant la situation épidémiologique, précisant que cette maladie contagieuse et mortelle est un réel problème de santé publique.

« Selon les dernières statistiques, plus de 20 000 personnes sont touchées suite à des infections causées par des morsures de chiens la plupart du temps », a-t-il ajouté. 

Selon le même responsable, l’Algérie enregistre, chaque année, près de 15 décès, dont 40% sont des enfants.  

« L’Algérie ne cesse, depuis plusieurs décennies, de mobiliser ses efforts en vue de lutter contre la propagation du virus de la rage, qui peut être évité grâce à la vaccination, car dès l’apparition des symptômes cliniques, elle est souvent mortelle », a précisé le ministre.

Dans ce sens, plusieurs réalisations ont été effectuées, notamment la création d’une commission multisectorielle de lutte contre les maladies d’origine animale et le renforcement des capacités des intervenants concernant la prévention, la prise en charge et la sensibilisation de la population, selon M. Saihi.

S’agissant de la situation épidémiologique dans le monde, M. Saihi a rappelé que la rage est répandue dans plus de 150 pays, entraînant, chaque année, la mort de 60 000 personnes, dont la majorité en Asie et en Afrique. Il a ajouté que 95 % des cas de morsure sont enregistrés chez les enfants.

Le ministre de la Santé a affirmé qu’en dépit du progrès réalisé sur le plan mondial, de nombreux de défis « restent à relever » avec, à leur tête, l’accélération du plan stratégique mondial pour éliminer la rage d’ici à 2030, portant sur « la réalisation de la cible 3 de l’objectif 3 de développement durable (ODD), à savoir mettre fin à des épidémies comme le sida, la tuberculose, le paludismePaludisme Le paludisme est une maladie infectieuse potentiellement mortelle due à plusieurs espèces de parasites appartenant au genre Plasmodium. Le parasite est transmis à l'homme par la piqûre de moustiques infectés. et les maladies tropicales négligées.

Le Pr Djenouhat insiste sur le nettoyage des morsures 

Selon le Pr Kamel Djenouhat, président de la Société algérienne d’immunologie, chef de service du laboratoire central de l’EPH de Rouiba, plusieurs animaux, notamment les chiens, les chats, les rats et les singes, peuvent donner la rage. « Cette dernière peut se transmettre de deux façons, soit à travers une morsure ou une griffure. Même si cette dernière est superficielle, il faut se méfier », a-t-il indiqué.

Pour prévenir l’apparition de la rage, le professeur a précisé que si la morsure ou la griffure est survenue depuis moins de six heures, il faut injecter les anticorps antirabique avec une vaccination. Par contre, si le temps d’exposition à la morsure est de plus de six heures, il faudra se contenter de la vaccination », a-t-ajouté.

Le président de la Société algérienne d’immunologie a insisté sur le nettoyage de la plaie « Si la griffure est très profonde, on peut même injecter le sérum à l’intérieur », a-t-il affirmé.

S’agissant des signes de la rage, le professeur a évoqué notamment la paralysie des muscles. « Il ne faut surtout pas que la morsure arrive aux membres et aux nerfs, sinon ce sera irréversible et c’est donc la mort », a-t-il conclu. 

 11 décès enregistrés en 2021 

Le ministère de la Santé a enregistré 110 000 cas de morsures d’animaux, notamment de chiens (90%), ayant entraîné onze décès par rage en 2021, notamment des enfants, a indiqué l’épidémiologiste et spécialiste en médecine préventive au ministère, le Dr Ali Trad. La rage est une maladie contagieuse mortelle causée par un virus qui s’attaque au système nerveux des humains et des mammifères. Ce virus se transmet généralement par la salive d’un animal domestique ou sauvage infecté lors d’une morsure ou par une griffure. Avant l’apparition des symptômes, la personne infectée par le virus de la rage peut être sauvée, mais l’issue est toujours fatale une fois les signes déclarés, d’où l’importance d’agir rapidement. A cette occasion, le spécialiste a fait état de l’élaboration, par le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, d’une nouvelle loi portant organisation et codification de la détention et de l’élevage de chiens, qui renforcera, selon lui, le Programme national sectoriel de lutte contre la rage, auquel sont associés les ministères de l’Agriculture et de la Santé, la société civile et les médias. 

Pour prévenir la rage, l’épidémiologiste a mis l’accent sur l’impératif de sensibiliser les enfants, notamment dans les écoles, à travers des cours dédiés à cette maladie mortelle expliquant les risques encourus et la conduite à tenir en cas de morsure.

Il a poursuivi : « Les parents doivent, de leur côté, apprendre à leurs enfants à signaler immédiatement toute morsure ou griffure d’animal pour qu’ils puissent rapidement se faire vacciner dans le centre médical le plus proche et éviter ainsi la mort. »

Le Dr Trad a également insisté sur l’importance de la préservation de l’environnement et le respect des horaires de sortie des ordures ménagères pour éviter qu’elles ne s’amoncellent dans les quartiers d’habitation et n’y attirent des animaux errants, principaux réservoirs et vecteurs du virus de la rage. Il a enfin recommandé aux propriétaires d’animaux de compagnie, notamment de chiens et de chats, de les faire vacciner pour les protéger et protéger leur entourage, d’autant que le vaccin est disponible en Algérie, a-t-il dit.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email