-- -- -- / -- -- --
Nationale

180 000 postes d’emploi pour 1 million de demandeurs

180 000 postes d’emploi  pour 1 million de demandeurs

L’Agence nationale de l’emploi (ANEM) a débuté l’année 2016 avec une forte augmentation en termes d’offre d’emploi. Selon son directeur général, Mohamed Tahar Chaâlal, une offre de 180 000 postes de travail a été enregistrée durant la période allant de janvier à avril 2016.

L’ANEM est de plus en plus sollicité par les demandeurs d’emplois et les entreprises, a indiqué, hier, M. Mohamed Tahar Chaâlal, lors de son passage sur le sondes de la chaine III de la radio algérienne.

Le DG de cet organisme public d’intermédiation entre les demandeurs d’emploi et les entreprises a révélé qu’une progression de 23% de l’offre d’emplois a été enregistrée durant les quatre premiers mois de l’année en cours, soit un nombre de 180 000 offres, contre 145 000 à la même période en 2015, a détaillé M. Chaâlal.

Il a précisé, en outre, que parmi les activités dominantes proposant des emplois émergent celles des services, du bâtiment et des travaux publics, de l’industrie et enfin « avec une petite reprise » de agriculture. En outre, selon le DG de l’ANEM le marché de l’emploi est caractérisé par une prédominance du secteur privé ». En effet ce secteur est devenu un essor remarquable en termes de création d’emploi », a-t-il souligné.

Désormais, rappelle M. Chaâlal, le secteur de la Fonction publique n’est plus perçu comme un vecteur d’emploi, « ce sont, dit-il, les entreprises économiques qui l’ont supplée ». Il explique ce renversement de tendance par les nombreuses zones d’activités qui ont commencé à s’implanter dans de nombreuses wilayas, à l’exemple de celles de Bord Bou Arreridj, Sétif, Alger, Tizi-Ouzou, Bejaïa, Annaba ou bien encore Constantine.

Parmi les autres raisons à l’origine de cette dynamique, l’intervenant signale la notable contribution d’opérateurs économiques, lesquels se sont mis à investir dans des créneaux monopolisés, jusqu’alors, par les importations de biens manufacturés, « qu’ils se sont mis à produire localement ».

Pour ce qui est de plus d’un millions demandeurs d’emploi recensées officiellement et non encore satisfaits, le DG de l’ANEM impute cette situation au manque de formation de certains parmi eux, mais aussi à la pénibilité et aux faibles salaires proposés, notamment, dans les secteurs des travaux publiques.

 Il est à noter que l’ANEM envisage d’offrir des services à distance aux demandeurs d’emploi à partir du premier semestre de l’année 2017 et qui permettront de dématérialiser 80% de ses prestations, selon son directeur général.

Ces services à distance s’inscrivent dans le cadre de la modernisation de l’ANEM et l’amélioration de ses prestations destinées aux demandeurs d’emploi, notamment, en matière d’information et d’orientation.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email