-- -- -- / -- -- --
Nationale

14 employés de la maternité de Constantine suspendus

14 employés de la maternité de Constantine suspendus

La direction du CHU Dr Benbadis ne désarme pas. La rigueur prônée depuis l’installation du nouveau dirigeant est toujours de mise. Quatorze employés de la maternité du centre hospitalo-universitaire de Constantine ont été suspendus en fin de semaine par le directeur du centre.

Une visite inopinée effectuée jeudi vers 13 heures par le premier responsable de la structure lui a permis de mesurer l’ampleur du laisser-aller auquel est livré le service. 14 personnes dont des sages-femmes, des paramédicaux, des techniciens en réanimation et même des agents de sécurité étaient absents de leurs postes laissant les malades livrés à eux-mêmes.

A en croire une source proche de la structure sanitaire, les concernés connaîtront leur sort probablement la semaine prochaine lors d’un conseil de discipline. Mais en attendant, la direction semble avoir pris les choses au sérieux puisqu’une correspondance a été envoyée au directeur de la santé de la capitale de l’Est et même au ministre, apprend-on de même source.

Un fait gravissime dans la mesure où ce laisser-aller témoigne on ne peut mieux du degré de laxisme qui semble s’installer au niveau de ce service où les défaillances constatées alimentent souvent les pages des quotidiens régionaux.

En février 2015, deux mois à peine après son l’installation en décembre 2014, le nouveau directeur avait, à la suite d’une visite inopinée effectué la nuit, mis à l’écart 29 employés dont un médecin pour manquement à leur mission. Avant de sévir une seconde fois, en avril de la même année, où pas mois de 23 salariés dont neuf médecins avaient été priés de remettre leurs blouses. Toutes ces personnes dont les défaillances avaient été prouvées avaient été par la suite sanctionnées.

Rappelons toutefois que pareille négligence avait été à l’origine de l’enlèvement le 27 mai 2014 du petit Leith de la nurserie du même service. L’enlèvement avait fait couler beaucoup d’encre en été 2014. Fort heureusement, l’événement avait connu un dénouement trois semaines plus tard.

L’enfant avait été retrouvé chez une famille dans la localité de Tamalous dans la wilaya de Skikda. Suite à l’enlèvement, une centaine de personnes avaient été appelées à apporter des témoignages et une dizaine, dont les trois principaux auteurs (un couple originaire de Tamalous et leur complice, agent de sécurité de la maternité) connaîtront des poursuites judiciaires. Aujourd’hui, seuls les trois responsables du rapt croupissent en prison.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email