-- -- -- / -- -- --
Nationale

12e Congrès de l’UGTA : Une rencontre à haut risque

12e Congrès de l’UGTA : Une rencontre à haut risque

Alors que l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) s’apprête à tenir aujourd’hui son 12e congrès à l’hôtel El Aurassi, les redresseurs, regroupés dans le comité de sauvegarde de cette organisation syndicale historique, affirment avoir pu obtenir un jugement « en référé » invalidant le 12e congrès.

C’est le porte-parole du mouvement, Ali Mirabet, qui l’a annoncé à travers un communiqué rendu public hier. Selon lui, cette décision en référé sera signifiée au SG de l’UGTA, Abdelmadjid Sidi Saïd, par un huissier de justice.

La plainte, d’après le porte-parole des redresseurs, a été déposée par des membres de la commission exécutive de la Centrale syndicale. Il faut rappeler que le comité de sauvegarde de l’UGTA, constitué par d’anciens syndicalistes exclus, mène une campagne médiatique depuis plusieurs semaines contre les « abus » et les « dérives » de cette organisation syndicale.

La semaine dernière, ils ont tenu un sit-in devant l’entrée du siège national à la Maison du Peuple au 1er-Mai à Alger. Ils cherchent, depuis près d’une année, à invalider le congrès d’aujourd’hui, qu’ils considèrent comme « plein d’irrégularités ». En plus des 700 congressistes attendus à ce rendez-vous, 400 invités seront présents à l’ouverture des travaux, à l’hôtel El Aurassi. 

Des membres du gouvernement, à l’instar du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed El Ghazi, du premier responsable de l’Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb, y seront présents aux côtés des experts en économie et des représentants du patronat et des organisations syndicales africaines.

Les redresseurs opposés à un troisième mandat de Sidi Saïd
Sidi Said, l’indéboulonnable patron de l’UGTA, est contesté par une partie des membres du secrétariat national qui ne veulent pas d’un troisième mandat consécutif. Mais le SG de la centrale syndicale avait déjà senti le vent contraire dès le mois d’août de l’année dernière.

La fameuse réunion du 5 août dernier qui a regroupé à Alger, les secrétaires généraux des unions de wilaya et des fédérations de l’UGTA avait pour but de verrouiller le jeu pour lui permettre de postuler à un troisième mandat sans anicroches. En effet, c’est au cours de cette réunion « conviviale », pour reprendre le terme de Sidi Saïd que la décision était prise de le « reconduire » au poste de SG de l’UGTA pour un troisième mandat à l’occasion du douzième congrès.

Sauf que la décision prise à l’occasion de ce conclave ne fait pas l’unanimité au sein de l’UGTA dont beaucoup de cadres, à l’intérieur et à l’extérieur des structures organiques, misaient sur le 12e congrès pour acter un changement.

Ces opposants, à leur tête Badaoui, l’ex-puissant patron de la Fédération des douanes, qui ont créé une structure du nom de Comité national de réappropriation et de sauvegarde de l’UGTA, ont rendu public un communiqué pour justement dénoncer la réunion du 5 août dernier qualifiée de « coup de force ».

Les auteurs du communiqué se demandent par quelle magie pourrait-on justifier la décision prise lors de cette réunion de limiter le nombre des membres de la future commission exécutive nationale (CEN), alors qu’elle est du ressort exclusif du congrès national ? Pour les animateurs du comité de sauvegarde de l’UGTA, la décision d’installer une commission de préparation est prise en violation des statuts et des règlements intérieurs qui définissent les modalités de préparation du congrès.

De plus, ils accusent ouvertement Sidi Saïd d’avoir acheté la caution de ceux qui soutiennent aujourd’hui sa candidature en leur offrant de rutilantes voitures. Une centaine de véhicules, offerts gratuitement aux membres du secrétariat et des fédérations. Mais dans l’entourage de Sidi Saïd, on considère le comité auteur du communiqué comme « du pipeau » ou encore des « revanchards qui rêvent de reprendre le syndicat, alors qu’ils ne peuvent se prévaloir d’aucune représentativité ». La voie semble donc être balisée et pavée de roses pour Sidi Saïd qui sera, à coup sûr, plébiscité par le congrès ficelé d’avance. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email