-- -- -- / -- -- --
Nationale

129 morts parmi le personnel soignant: Le bilan s’alourdit

129 morts parmi le personnel soignant: Le bilan s’alourdit

Le personnel soignant a payé au prix fort sa lutte contre le nouveau coronavirus. Près de 130 soignants auraient succombé au virus depuis le début de la pandémie en Algérie.

Alors que le nombre de cas de contamination à la Covid-19 ne cesse d’augmenter et que les hôpitaux risquent d’être débordés, le personnel soignant, lui, continue son travail sans relâche pour soigner et sauver un maximum de patients atteints du nouveau coronavirus. Cependant, le bilan du personnel soignant emporté par le coronavirus s’alourdit. Le Syndicat national des praticiens de la santé publique ne cache pas son inquiétude quant au nombre de victimes estimé à 129 personnes, dont des médecins, des infirmiers, des ambulanciers ainsi que des membres de la famille médicale, emportées, et ce depuis le début de la pandémie de la Covid-19 en Algérie. Par ailleurs, le nombre de personnes contaminées est également très important. En effet, on compte plus de 7 500 personnes atteintes à travers tous le corps médical. Une jeune infirmière âgée de tout juste 28 ans, employée à l’EPH de Jijel, a perdu la vie vendredi dernier. Trois jours plus tôt, une consœur à l’EPH Houari-Boumediene, à Sedrata, dans la wilaya de Souk Ahras, succombait à la maladie. Le Dr Lyès Merabet, président du SNPSP, a affirmé que le personnel médical est en alerte. Selon lui, la situation est inquiétante et les chiffres de contamination parmi les professionnels de la santé ne cesseront d’augmenter, surtout avec la hausse des cas confirmés Covid-19 parmi la population. Le Dr Merabet déplore le manque flagrant de matériel de protection du personnel médical, notamment les surblouses, les visières et les masques FFP12 et N95. Selon lui, ces masques, qui sont conçus spécialement pour le personnel médical en confrontation directe avec les sujets atteints de ce virus, sont en manque depuis plusieurs mois, sans compter les masques chirurgicaux, indispensables, notamment pour les accompagnateurs des patients et le personnel annexe qui n’est pas en contact continuel avec les malades. Le comportement irresponsable de certains citoyens est à déplorer. Ces derniers ne respectent pas les règles de prévention et les gestes barrière, notamment le port du masque de protection, et ce suite à l’annonce, par le gouvernement, de la reprise de la plupart des activités et d’un soi-disant retour à une vie normale.

Une prise en charge psychologique est indispensable

Contactée par le Jeune Indépendant, Dalila Feddad, psychologue, estime que le personnel médical est aujourd’hui fatigué, pour ne pas dire épuisé. Une fatigue physique, dit-elle, qui est accompagnée d’une fatigue psychologique, surtout que cette crise sanitaire dure depuis de longs mois. Selon la psychologue, cette fatigue est plus importante aujourd’hui car la majorité du personnel n’a pas eu le temps de se reposer ou de prendre un congé, l’activité dans les hôpitaux ayant très vite repris. Les autres n’ont tout simplement jamais arrêté. Depuis le début de la crise, souligne Mme Feddad, de nombreux psychologues ont été aux côtés des victimes et de leurs familles. Mais ce qui est aussi important, selon notre interlocutrice, c’est de veiller sur la santé mentale des équipes médicales, qui sont privées de leurs familles et font face continuellement au virus. «Cette prise en charge psychologique est très importante pour le personnel médical qui est, au quotidien, confronté à la mort», indique-t-elle.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email