10 000 signalements par jour via la page «Tariki» – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

10 000 signalements par jour via la page «Tariki»

10 000 signalements par jour via la page «Tariki»

Pas moins de 10 000 signalements concernant les infractions et les crimes routiers perpétrés au niveau des autoroutes, à travers le territoire national, sont enregistrés au quotidien par la Gendarmerie nationale via sa page Facebook ‘’Tariki’’C’est ce qu’a indiqué ce lundi au Jeune Indépendant le commandant Samir Bouchhit, chargé de la communication au centre d’information et de la coordination routière de la Gendarmerie nationale.

La culture de dénonciation ou de signalement revêt une importance capitale pour faire face aux accidents de la route et aux agissements illégaux commis par les conducteurs sur les routes. Le commandant Bouchhit a précisé que « le centre d’information et de coordination routière enregistre quotidiennement 10 000 signalements sur les infractions routières, traitées par une équipe spécialisée et opérationnelle 24/24h », ajoutant qu’« une fois le signalement transmis, nos unités vont se déployer et inspecter les lieux pour prendre toutes les mesures nécessaires ».

Le même responsable a insisté également sur l’importance de la collaboration des citoyens qui « sont des partenaires essentiels dans l’équation sécuritaire » afin de faire face à l’hécatombe routière, surtout après la hausse du nombre d’accidents de la circulation de 30 % durant le mois d’août dernier.

Détaillant la nature de ces signalements, le commandant Bouchhit a expliqué qu’il s’agit essentiellement du non-respect du nombre de voyageurs autorisé par la loi et des conditions d’hygiène au niveau des bus, l’absence de l’entretien périodique des véhicules ou encore le refus de certains chauffeurs de remplacer le bus en cas de panne, notamment pour les longs trajets.

Il a également rappelé que la page « Tariki » jouait un rôle essentiel dans la prévention et la sensibilisation, outre le contrôle des contrevenants à travers la coordination entre les citoyens et les unités de la GN, permettant ainsi au citoyen d’être un partenaire important en matière de sécurité routière.

Abondant dans le même sens, le responsable de la sécurité publique a affirmé que « cette page d’information et de prévention routière, qui  connait un grand engouement parmi les usagers de la route, a pour objectif de répandre et d’ancrer la culture de dénonciation parmi les conducteurs, de prodiguer des conseils et des recommandations sur le code de la route et partager avec les citoyens tous les informations liées au trafic routier ». Il a ajouté : « La page Tariki permet non seulement de lutter contre les infractions routières dangereuses, mais elle constitue un espace d’échange d’idées entre les citoyens qui vont se rapprocher de la Gendarmerie nationale ».

17 millions de visiteurs pendant les intempéries

Dans le même ordre d’idées, le commandant Bouchhit a noté que « 900 000 personnes sont abonnées à cette page de la Gendarmerie nationale. Lorsqu’il y a des intempéries, plus de 17 millions de visiteurs consultent cette page », ajoutant que celle-ci a « renforcé le travail de proximité de la gendarmerie dans le domaine de la sécurité publique ».   

S’agissant des accidents de la route, il a ajouté que « durant le premier trimestre de l’année en cours, les véhicules poids lourds ont été à l’origine de 19,36 % des accidents de la route, causant 65 décès et 263 blessés dans 631 accidents », ajoutant que « les bus ont été impliqués dans 130 accidents ayant fait 23 morts et 170 blessés ». Les véhicules légers ont été impliqués, durant la même période, dans 1 851 accidents faisant 291 morts et 1 672 blessés.

Sur les cellules mobiles créées pour pourchasser les chauffards au niveau des autoroutes, le commandant Bouchhit a indiqué que ces unités « sont déployées actuellement à travers plusieurs wilayas et utilisent des véhicules dotés d’équipements sophistiqués pour chasser les contrevenants signalés ». « Ces cellules ont enregistré à ce jour des résultats positifs en matière de lutte contre les infractions routières », a-t-il assuré.

Ils adoptent « l’effet de surprise, le camouflage, la vitesse d’intervention ainsi que la flexibilité pour mettre fin à ce genre d’agissements », a-t-il précisé, affirmant que « toutes ces mesures visaient à « réduire les accidents de la route et à éradiquer ces comportements qui représentent un danger pour les usagers de la route et causent de graves accidents ».

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email