Articles similaires

Nationale

#TITRE

272

La prison à vie pour les ravisseurs de Laïth

2 février 2018 | 19:24


Le tribunal criminel de Constantine a condamné jeudi à la prison à vie les trois principaux mis en cause dans l’enlèvement en 2014 d’un nouveau né de la nurserie du CHU Dr Benbadis.


N. Said, 63 ans, G. Mohamed, 47 ans, et B. Mounir, 48 ans, sont directement impliqués dans cette affaire qui a, rappelons-le, défrayé la chronique en 2014.


Constitution de groupe de malfaiteurs, kidnapping de mineur, falsification de document administratifs, faux et usage de faux, détention d’armes blanches prohibées et corruption sont entre autres les chefs d’accusation retenus contre les mis en cause. Cinq personnes avaient comparu jeudi. Les deux autres, deux sages femmes L. Asma et S. Nawel âgées respectivement de 30 ans et 34 ans ont été acquittées.


L’affaire remonte à l’été 2014. N. Said, s’est alors introduit à l’intérieur de la maternité dans la nuit du 26 au 27 mai et a réussi à emporter le nouveau né Leith Kaoua avec la complicité d’un des employés du service de sécurité, G. Mohamed en l’occurrence. L’enfant, né une semaine plus tôt, soit le 19 mai, avait été mis en observation pour un problème d’ictère.


Un état d’alerte s’en suivra et aboutira à l’arrestation de plusieurs personnes dont B. Zina, épouse de N. Said, décédée il y a une année en prison, chez laquelle a été retrouvé une quinzaine de jours plus tard le petit garçon dans la localité de Tamalous à Skikda.


Lors du procès, l’auteur du rapt, N. Said a déclaré avoir sollicité son voisin, B. Mounir, aujourd’hui âgé de 48 ans, pour un certificat d’arrêt de travail de 60 jours pour sa femme, B. Zina.


B. Mounir sollicitera à son tour G. Mohamed, agent de sécurité à la maternité et fini par mettre les deux hommes en contact.
C’est alors que la transaction visant à remettre contre la somme de 90 millions de centimes un enfant illégitime dont la mère célibataire, une étudiante, ne voulait pas garder. N. Said niera avoir eu connaissance que l’enfant était enlevé. Il confirme cependant avoir remis la somme de 60 millions à G. Mohamed, lequel se serait présenté, selon lui, comme étant le médecin chargé du suivi médical du petit Leith. N. Said justifiera son geste par le fait que son épouse B. Zina stérile voulait à tout prix avoir un enfant.


Devant le juge, avant-hier, G. Mohamed, âgé de 43 ans au moment des faits, a nié en bloc les accusations retenues contre lui affirmant n’avoir été approché par N. Said que pour lui fournir une attestation médicale.


Les deux sages femmes accusées d’avoir délivré un faux certificat d’accouchement au nom de B. Zina ont de leur part nié toute implication dans l’affaire, affirmant que le sceau utilisé dans le document falsifié a été utilisé à leur insu.


Durant l’instruction, plusieurs dizaines de personnes avaient été entendues par les enquêteurs. Des médecins, des infirmiers, des agents et de simples témoins dont des femmes parturientes avaient été appelées à apporter leurs témoignages devant le magistrat instructeur.


Rappelons que cette affaire avait été suivie quelques semaines plus tard par un reportage diffusé par la télévision nationale où fut révélée au grand jour la situation chaotique dans laquelle se trouvait la maternité du CHU de Constantine et qui a abouti au limogeage du premier responsable du service, le professeur Barkat et la restauration quasi-totale du bâtiment, qui sera fermé pendant plus d’une année. Un système de surveillance par caméra sera alors installé.


Les accusés disposent d’un délai de dix jours pour introduire un recours.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter