Articles similaires

Nationale

#TITRE

653

président du SATEF « L’avenir de l’école algérienne est sombre »

2 septembre 2019 | 21:59
rentrée scolaire Lilia Ait Akli

La rentrée scolaire 2019/2020 se fera dans les mêmes conditions que celle de l’année passée. Aucune amélioration dans les conditions d’accueil des élèves n’est enregistrée. C’est ce qu’a affirmé au Jeune Indépendant Boualem Amoura, président du Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (SATEF), qui promet un retour au mouvement de protestation pour défendre les droits des travailleurs, la mission initiale d’un syndicat.

Etat de délabrement de certains établissements, surcharge des classes, non-fonctionnement des cantines dès le premier jour de la rentrée, ou encore leur inexistence dans certaines écoles, comme promis par le ministre de l’Education, ce sont là les conditions dans lesquelles vont être accueillis les neuf millions d’élèves qui vont rejoindre les bancs de l’école ce 4 septembre. Pour M. Amoura, cette rentrée se présente comme toutes les précédentes. « Aucune amélioration n’est à signaler, d’autant que les précédents problèmes sont encore là », a-t-il indiqué, signalant que la restauration de certains établissements, si nécessaire, n’a pas été faite. Plus que cela, le recours à l’installation de chalets dans des cours d’écoles pour faire face au problème de surcharge des classes dans plusieurs wilayas, présentée comme une solution provisoire, est toujours maintenu, privant ainsi les écoliers des espaces de jeux.

Ce qui a encore enfoncé le clou, selon ses explications, c’est d’avoir cédé la gestion des écoles primaires aux APC, elles-mêmes déficitaires et manquant de compétences dans la gestion des affaires publiques et on leur rajoute la gestion des écoles primaires ! Il a dans ce sens signalé le refus de plusieurs fournisseurs de ces écoles de renouveler leur contrat avec les APC, faute de payement des factures. Pour ce qui est des commissions d’enquêtes installées par le ministère de l’Intérieur pour s’enquérir de l’état des établissements scolaires, le président du SATEF déplore l’absence de résultats. A ce propos, il avance des chiffres de l’année passée. Le ministère de l’Intérieur avait mobilisé 76 milliards de DA pour les écoles primaires (15 milliards pour le chauffage et la climatisation, 34 milliards pour les cantines scolaires et 27 milliards pour le transport scolaire), en plus du budget de la tutelle, mais aucune amélioration n’est réalisée. « Où va donc cet argent ? », s’est-il interrogé, rappelant le refus du SATEF de cette gestion.

S’agissant de cette rentrée qui est toute particulière compte tenu de la situation que traverse le pays, M. Amoura estime que le hirak a réussi à libérer tous les Algériens. « En tant que syndicats, nous devons reprendre notre rôle qui est de défendre les intérêts des travailleurs. C’est dire que nous allons revenir au mouvement de protestation », a-t-il fait savoir, annonçant une réunion, la semaine prochaine, de l’Intersyndicale de l’éducation pour, d’une part, évaluer la rentrée scolaire et, d’autre part, décider de la démarche à suivre. Il est question de rouvrir plusieurs dossiers, à l’instar du statut particulier, de la retraite, des œuvres sociales.

Pour ce qui est de l’avenir de l’école algérienne, le syndicaliste n’a pas hésité à dire qu’il est « sombre ». La raison en est, selon lui, le manque de courage politique pour apporter des réformes. Pour lui, il faut revoir notamment les programmes, le volume horaire de certaines matières et tout le rythme scolaire. « Nous sommes loin d’une école de qualité », a-t-il affirmé.

Par ailleurs, M. Amoura est revenu sur le boycott, par les syndicats de l’éducation, de la rencontre avec le ministre de l’Education prévue pour hier. Cette décision s’inscrit en droite ligne avec les revendications du mouvement populaire qui réclame le départ du gouvernement Bedoui. La Confédération des syndicats algériens avait décidé, le 17 mars passé, le boycott de ce gouvernement, qualifié d’illégitime. « Nous sommes une frange de la société, on ne peut pas être à côté de ce qui se passe », a-t-il précisé.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter