Articles similaires

Nationale

#TITRE

380

pisciculture:Belles perspectives à l’horizon 2025

28 novembre 2018 | 21:00
pêche et aquaculture Aziza Mehdid


La filière de la pisciculture commence à émerger à pas sûrs en Algérie et les prémices d’un avenir prometteur en la matière sont déjà là. C’est ce qui ressort de la déclaration du directeur de l’aquaculture au niveau de la DGPA, Oussaïd Mustapha, qui est intervenu ce mercredi à Alger, lors d’un atelier dédié au programme d’appui financé par l’UE pour le développement de la production d’alevins de poissons d’eau douce.


M. Oussaïd a affirmé qu’il est projeté d’atteindre en 2025 une quantité de 100 000 tonnes de poisson d’eau douce, en plus de la production halieutique marine qui est de l’ordre de 120 000 tonnes/an. Cette dernière est limitée, estime-t-il, ce qui nécessite de développer la pisciculture en vue d’assurer la portion alimentaire minimale en poisson de chaque individu. Il a précisé dans ce sens que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande à chaque personne une ration de 6,2 kg/an, alors que l’Algérien n’en consomme annuellement que 4 kilogrammes.


Pour ce qui est des possibilités d’investissement dans cette filière, le directeur de l’aquaculture a fait remarquer que le gouvernement encourage les investisseurs intéressés par ce domaine en leur offrant des avantages liés au financement des projets entrepris. Le volet assurance est inclus dans les actions incitatives de l’Etat en cas de préjudice causé par les catastrophes naturelles, ajoute l’intervenant. Les investisseurs sont invités à ce titre à assurer leurs biens pour qu’ils puissent bénéficier des indemnisations, explique-t-il. Concernant le programme d’appui dit « Diveco 2 », financé par l’Union européenne (UE), il a fait savoir qu’il consiste en deux phases. La première s’étend de 2015 à 2018. Elle a été financée à hauteur de 7 millions d’euros, en attendant de poursuivre la deuxième partie allant de 2019 à 2021, dont le volume de financement est de 7,5 millions d’euros. Pour ce qui est des objectifs de ce programme d’appui touchant le secteur de la pêche, il vise à contribuer au développement des activités des écloseries continentales en Algérie, en particulier les initiatives existantes gérées par les investisseurs privés ainsi que les écloseries mobiles étatiques. Il est aussi attendu d’améliorer le rendement de ces espaces de production d’alevins dans le souci d’augmenter la production nationale halieutique.


Par ailleurs, l’expert du programme Diveco 2, Khaled Belhasnet, a indiqué qu’un diagnostic établi a priori a permis de constater que la plupart des écloseries sont loin de répondre aux normes, à l’exception de quelques unes. Selon lui, le nombre de 14 écloseries ne correspond pas à celui des fermes aquacoles que compte le pays. Différentes contraintes ont été identifiées avant d’entamer les actions du programme Diveco2, ajoute-t-il, citant la construction et la conception anarchiques des écloseries. Il a été relevé également le manque de technicité chez des aquaculteurs, aggravé par l’insuffisance de l’aliment de bonne qualité destiné à l’approvisionnement de ces bassins.


Nonobstant, il recommande la spécialisation dans la reproduction des espèces en fonction des régions, accompagnée de sessions régulières de formation à l’endroit des acteurs de cette activité si importante.


Le programme en question consiste en deux formations pratiques qui ont été organisées au niveau de deux fermes, visant la maîtrise des techniques de production économique et rentable des alevins. La première à Relizane au sein d’une ferme privée au profit des cadres gestionnaires des écloseries. Quant à la seconde, elle a été programmée à la station d’aquaculture expérimentale du CNRDPA dans la wilaya de Ouargla.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter