Articles similaires

Nationale

#TITRE

357

Le président d’une association d’aide aux migrants africains :« Je rends grand hommage à la justice algérienne »

26 mars 2018 | 22:16
immigration Hocine Adryen


Le problème de l’immigration clandestine africaine en Algérie est un phénomène qui a complètement déstabilisé l’administration, qui ne sait pas comment le maîtriser ou à tout le moins le réguler.


Si durant les années 90, les quelques centaines de migrants africains ont réussi à se faire une place au soleil – en trouvant tout de suite un emploi- les milliers qui déferlent sur le sol algérien depuis ces six dernières années ont eu du mal à se fixer du fait que la législation algérienne interdit l’immigration clandestine sur son territoire. Les autorités algériennes ont été obligées de prendre des décisions urgentes pour mettre fin à ce flux migratoire qui a pris de l’ampleur, menaçant même la sécurité nationale, selon des officiels algériens. Les arrestations visent à aider les migrants à regagner leurs pays respectifs, car beaucoup d’entre eux transitent par l’Algérie en vue de rejoindre l’Europe.


Aussi, les opérations de rapatriement dans leur pays d’origine organisées par les autorités sont devenues un véritable casse-tête. Les migrants africains ne sont pas localisés dans des endroits prévus comme par exemple en France, où ils sont regroupés dans des centres de transit. En Algérie, les migrants se cachent, habitent clandestinement dans des locaux. D’où cette incompréhension des pays africains qui jugent les faits à travers une campagne médiatique haineuse orchestrée par le Maroc et relayée par ses ténors français. De retour dans son pays où il a accompagné un contingent de ses compatriotes rapatriés, un Malien résidant en Algérie, qui se présente comme le président d’une association dénommée CSDM, Moussa Samaké, s’est confié à un journal de son pays où il dit les vérités sans jeter la pierre aux autorités algériennes. Première constatation : les Maliens travaillant au noir en Algérie (dans le bâtiment) sont le plus souvent victimes de leurs employeurs. « Plus de deux milliards de centimes sont abandonnés aux des employeurs » dit-il.


Mais en revanche, lorsqu’ils s’adressent à la justice ils sont tout de suite rétablis dans leurs droits et payés rubis sur l’ongle : « En tant que président CDSM Algérie, je dois défendre mes compatriotes, leurs intérêts dans un pays comme l’Algérie où les employeurs ne leurs paient pas leurs droits. Souvent, je fais des démarches au niveau des tribunaux pour défendre nos compatriotes. Il y a lieu de rendre un grand hommage à la justice algérienne qui dit le droit, le vrai. C’est ce qui oblige à certains employeurs de payer les droits de nos compatriotes abusés » dit-il. En réponse à une question sur les opérations de rapatriements, ce responsable révèlera d’abord le manque de coordination avec son ambassade : « La façon dont nos compatriotes sont expulsé est très choquante puisque souvent, même nuitamment, des gendarmes débarquent sur les chantiers, dans les domiciles avec les


indications de voisins, et les embarquent manu militari. Le gros problème, ce sont les conditions dans lesquelles ces expulsions se déroulent et qui sont humiliantes, révoltantes, voire inhumaines. Et pour cause, puisqu’on ne donne pas le temps à nos compatriotes de récupérer leurs biens (matériels, argent, salaires). « J’ai été choqué d’apprendre par le canal de notre ambassade qu’ils ne sont pas informés, encore moins associés à ces expulsions. Je n’ai pas baissé les bras ; j’ai aussitôt appelé la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) puisque le CSDM est en train de recenser nos compatriotes parmi lesquels certains étaient prêts à retourner au Mali. J’ai demandé que les autorités algériennes cessent ces expulsions intempestives, inhumaines, humiliantes. La DGSN a alerté le ministère de l’Intérieur et celui des AE afin d’arrêter ces expulsions. Aussitôt, elles cessent ont cessé durant trois jours. J’ai avisé l’ambassade de cet entretien et de la promesse de la DGSN ». Il a enfin accusé le président du HCME Algérie, M. Camara, de n’être jamais disponible à chaque fois qu’il est interpellé sur la situation de nos compatriotes.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter