Nationale

#TITRE

287

Electricité : L’Algérie en dessous des normes mondiales

10 février 2019 | 22:41
Lilia Ait Akli


Le taux de perte de l’électricité à travers le réseau national pour l’année 2018 est de 12,8%. C’est ce qu’a révélé le PDG de la Sonelgaz Mohamed Arkab ce dimanche, en marge de l’inauguration de la deuxième édition du Salon de l’électricité et des énergies renouvelables (SEER), qui a appelé à plus d’intégration nationale dans la fabrication des équipements.


« Une partie de ce taux de perte d’électricité est due à la qualité des équipements. Il faut s’assurer de la qualité de ces équipements pour être dans les normes internationales en la matière », a-t-il précisé. Soulignant que tous les pays du monde enregistrent des pertes, Arkab a indiqué que cette norme est entre 6 et 8%.


Il s’est donc montré optimiste quant à la réduction des pertes d’ici 2023, tout en mentionnant un recul, car dit-il, « il y a cinq ans, elles étaient entre 18 et 20% ». Le PDG de la Sonelgaz plaide par ailleurs pour une fabrication locale des équipements avec plus de taux d’intégration, notamment dans les réseaux de transport de l’énergie électrique qui est à 30%, soulignant la volonté d’augmenter ce taux. « On veut plus de fabrication, pas uniquement de l’assemblage », a-t-il soutenu. Il n’a pas omis de signaler les réalisations enregistrées, notamment à Sonelgaz : « Nous avons pu effectuer la production et la réalisation des réseaux de distribution par une production algérienne et un savoir-faire algérien aussi », signalant que la société aspire, dans le cadre de son Business plan 2023, aller vers d’autres réalisations, à l’instar de la production de l’électricité à partir des centrales électriques, avec du savoir-faire 100% algérien.


Le challenge, selon lui, est de passer à une autre étape qui consiste en l’utilisation des équipements fabriqués en Algérie, comme c’est le cas pour les pylônes haute tension, « alors qu’auparavant tout nous parvenait de l’étranger ». Une démarche qui entre dans le cadre de la politique de l’Etat qui encourage l’industrie nationale en prenant en compte les indicateurs qualité et prix. Arkab a rappelé le soutien et l’accompagnement de la Sonelgaz à ces sociétés de production car le marché existe, d’autant que l’ambition est de produire 16 000 Mégawatts d’ici 2025 et de réaliser 16 000 km de réseau haute tension, dans les mêmes délais. Chose qui nécessiterait une production locale d’équipements et d’accessoires, développée par les compétences nationales.


Pour ce qui est de ce Salon, le PDG de Sonelagz a souligné son importance pour la Société. Car aujourd’hui c’est devenu le rendez-vous incontournable des professionnels de l’électricité. Le but étant de répondre aux besoins énergétiques et échanger autour des solutions d’avenir. Le SEER, selon les organisateurs, permettra également de mettre en avant les dernières innovations dans la production d’énergie, la transmission, la distribution et le stockage, les énergies renouvelables, l’outillage… Des Worshops, conférences animées par des spécialistes, sont par ailleurs au programme du SEER qui regroupe 120 entreprises nationales et étrangères venues entre autres d’Allemagne, de France et de Chine.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter