Monde

#TITRE

673

Yaalon claque la porte, Lieberman au ministère de la Défense

20 mai 2016 | 18:23
R. I.


Le ministre israélien de la Défense, Moshe Yaalon, a démissionné hier en affirmant que le pays était en train de passer aux mains « d’extrémistes » et d’individus « dangereux », après l’ouverture du Premier ministre vers l’extrême droite.


Une déclaration paradoxale de la part d’un ministre de la Défense d’un pays occupant un autre et qui ordonne quasi-quotidiennement le meurtre systématique de la population palestinienne.


Benjamin Netanyahu, qui ne dispose que d’une voix de plus que la majorité à la Knesset, a promis son poste à Avigdor Lieberman, ancien ministre des Affaires étrangères et chef de file d’Israel Beitenu, dit-on de source politique. En échange, il aurait proposé à Moshe Yaalon celui de chef de la diplomatie.


« A mon grand regret, je me suis récemment trouvé en profond désaccord sur certains points de principe et de professionnalisme avec le Premier ministre, plusieurs membres du gouvernement et certains députés », a déclaré Moshe Yaalon, lors d’une allocution télévisée.


« L’Etat d’Israël est patient et tolérant envers les faibles et les minorités (...) Mais, à mon grand regret, des éléments extrémistes et dangereux se sont emparés d’Israël et du Likoud, ont ébranlé le foyer national et menacent ceux qui s’y trouvent.


Je continuerai à l’avenir à briguer des fonctions nationales », a-t-il ajouté. Cette déclaration de Moshe Yaalon occulte totalement le fait colonial de l’Etat terroriste israélien et feint oublier les crimes quotidiens commis par le pays qu’il défend contre le peuple palestinien.


Le départ de Moshe Yaalon risque d’entamer la confiance des Occidentaux mais également celle des Israéliens à l’égard du gouvernement. Ancien chef d’état-major de l’armée, il a consolidé les relations entre Tsahal et le Pentagone, ce qui compensait les tensions entre Benjamin Netanyahu et Barack Obama à propos des négociations de paix israélo-palestiniennes et de la politique américaine à l’égard de l’Iran.


Avigdor Lieberman, dont la nomination n’a pas été confirmée, est en revanche un novice dans les affaires militaires et a toujours eu une attitude belliciste envers les Palestiniens, la minorité arabe israélienne et l’Egypte. Au Caire, un membre du gouvernement s’est dit « choqué » de le voir arriver à la Défense, où il sera notamment chargé d’administrer la Cisjordanie occupée.


Les Etats-Unis se sont montrés plus nuancés, à la limite de l’enthousiasme. « Nous apprécions le partenariat avec M. Yaalon ainsi que son action à la tête du ministère de la Défense et nous sommes impatients de travailler avec son successeur.


Nos liens d’amitié sont indestructibles et notre engagement en faveur de la sécurité d’Israël reste absolu », a déclaré John Kirby, porte-parole du département d’Etat. Membre du Likoud, Moshe Yaalon partage le pessimisme du Premier ministre concernant le processus de paix israélo-palestinien, mais le récent procès d’un soldat jugé pour avoir tué un Palestinien blessé et désarmé après une attaque au couteau les a divisés.


Le ministre démissionnaire a publiquement exprimé son opposition aux appels à la clémence en faveur du militaire tandis que Benjamin Netanyahu, plus circonspect, a fait part de sa « compréhension » à la famille du militaire.


Selon un sondage diffusé jeudi par la chaîne de télévision Channel 10, 51% des Israéliens estiment que Yaalon était le mieux à même de remplir les fonctions de ministre de la Défense. Seuls 27% préfèrent Lieberman. Avec les six députés d’Israel Beitenu, la majorité gouvernementale, formée de six partis, comptera 67 des 120 sièges de la Knesset.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter