Culture

#TITRE

219

Voyage en Andalousie

31 mars 2017 | 19:37
R. C


Le Palais Mustapha-Pacha d’Alger, siège du Musée public national de l’enluminure, de la miniature et de la calligraphie à Alger, accueille une exposition de photographies de Nicolas Müller sur trois villes d’Andalousie, jusqu’au vendredi 28 avril.


Au cours du vernissage de cette exposition de photographies d’art, initiée par l’Institut Cervantès d’Alger, un concert de musique du Libanais Ramy Maalouf sera animé, dans la soirée de jeudi dernier, au Musée public national de l’enluminure, de la miniature et de la calligraphie à Alger.


Le visiteur appréciera douze images architectoniques en noir et blanc sur Cordoue, Séville et Grenade, dans cette exposition consacrée à une des collections les plus visitées de Nicolas Müller (1913-2000).


L’auteur a restitué les formes géométriques d’une partie imposante du patrimoine ibérique. En mettant en évidence la décoration dans ses moindres détails, l’un des plus importants photographes du siècle dernier offre des prises de vues inhérentes à l’âme d’un passé prospère. Nicolas Müller exprime le souci d’immortaliser les formes esthétiques de différents lieux emblématiques, dans un support de photographie-documentaire.


Formes ovoïdes de mosquées, croisées d’ogives de cathédrales, pilastres et arcades de plein cintre d’intérieures de châteaux, mosaïques de mihrab (podium réservé à l’imam dans une mosquée), ces photographies invitent les regards à saisir le style pointu de l’architecture hispano-mauresque.


Les visiteurs peuvent (re)découvrir L’Alhambra vue de Darro, El Generalife, Patio des Lions de Grenade, Patio des demoiselles, Château (deux photographies) de Séville, Salon Rita, Medinet Zahra, Chapelle de Villaviciosa, Mosaïques de Mihrab, Mosquée, Cathédrale de Cordoue.


Autant de photographies qui témoignent de l’intérêt porté par ce photographe espagnol d’origine hongroise. Un photographe testimonial qui a vu la nécessité d’unir l’architecture patrimoniale dans le génie de sa géométrie, à la puissance de l’image. Humaniste et engagé, il a également voué toute son œuvre à la mise en valeur de la réalité par la « Photographie sociale » comme dans ses premiers clichés, devenus célèbres, sur les conditions de travail des Hongrois.


Soucieux de montrer le passé en le projetant dans le futur, Nicolas Muller s’est forgé un regard résolu à répercuter par son objectif les souffrances des gens au quotidien, après le périple qui l’a mené entre 1933 et 1947 en France, au Portugal, en Afrique du Nord, puis en Espagne. Nicolas Muller a laissé une archive photographique de plus de 14.000 négatifs sur divers ensembles sociaux et patrimoniaux, ceux de l’Espagne notamment.


Ce beau voyage par la photographie dans les méandres de l’histoire et du patrimoine sera agrémenté de musique dans un mélange inédit des genres où le trio musical de Ramy Maalouf a pris le relai, mettant en congé la profondeur du regard pour titiller l’oreille avec une suite de pièces toutes aussi agréables à apprécier. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter