Monde

#TITRE

317

« Vostok 2018 » change la donne

11 septembre 2018 | 03:27
Mohamed Nazim Aziri

Poutine et Xi Jinping sont-ils en train de changer le monde ? En tout cas, c’est certain, il y a quelque chose d’important qui se joue ces jours-ci en Sibérie et dans l’Extrême-Orient russe.
Quelque chose comme, 300.000 militaires, 36.000 blindés, plus de 1.000 avions, hélicoptères et drones engagés dans des exercices militaires sino-russes.
Les plus importants depuis les 40 ans dernières années. Une échelle jamais vue dans l’histoire récente selon les spécialistes.
En plus, choisir un 11 septembre pour commencer des manœuvres d’une telle envergure, avec tout ce que cette date représente pour les Américains, il y a de bonnes raisons pour spéculer sur le message ou les messages que veut faire parvenir Moscou à l’Ouest, en déployant de si grands moyens et en engageant des soldats chinois dans ces grandes manœuvres.
Car il faut bien l’admettre, cette manœuvre a de quoi inquiéter les experts de l’OTAN. Elle porte en elle deux aspects importants, le premier est d’ordre géopolitique avec le renforcement d’un axe dont la rupture a permis, jadis à Washington de soutenir d’avantage l’endiguement de l’influence soviétique par l’instauration de ce qu’appelait, l’ancien secrétaire d’État des États-Unis Henry Kissinger : « une politique triangulaire avec le monde communiste » et en récolter le fruit de cette stratégie des années plus tard lorsque les généraux soviétiques assistaient impuissants à la désintégration intelligente de l’armée rouge. Revoir aujourd’hui se reformer l’axe Moscou-Pékin avec un rapprochement avec la Turquie et l’Iran dans l’espace eurasiatique est synonyme de « catastrophe » pour l’alliance atlantique.

Le deuxième aspect concerne en revanche la transformation qu’a connue ces dernières années l’armée russe après une décennie de modernisation du matériel et des effectifs et d’un engagement direct sur le terrain des opérations en Géorgie, en Ukraine et en Syrie. Sur le plan de l’armement Vostok-2018 se veut une exhibition et une mise à l’épreuve des derniers équipements russes pour ne citer que les tanks T-90 et les avions de combat Su-35. Un matériel qui pose à la fois des problèmes stratégiques et techniques aux systèmes de défense de l’OTAN, mais aussi des enjeux économiques très importants. En effet, l’armement russe, de très hautes qualités technologiques séduit de plus en plus des pays traditionnellement dans le cercle de l’influence atlantique, à l’instar de l’Inde, l’Arabie Saoudite et le Qatar notamment, et menace par la même, de relancer une concurrence ardue entre Russes et Américains qui ferait perdre à ses derniers beaucoup d’argent dans un contexte de guerre commerciale.
L’exemple le plus édifiant est celui relatif à la crise qui s’installe entre les États-Unis et les pays désireux d’acquérir le célèbre système de défense sol-air S400. Washington n’hésite pas de brandir l’arme de la menace. Mais que sera sa réponse par rapport aux grandes manœuvres qui changent les règles du jeu dans le monde. Donald Trump écrivait sur Twitter "Tiens toi prête, Russie, les missiles arrivent" sur la Syrie. Faut-il prendre ses menaces au sérieux ?

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter