Nationale

#TITRE

431

Violence contre la femme : l’Algérie n’est pas un pays à maudire

25 novembre 2018 | 21:20
Saïd Tissegouine

En matière de violence à l’endroit des femmes, l’Algérie n’est pas un pays à maudire même si des progrès restent à faire pour l’éradication de ce phénomène à l’endroit de la gent féminine, ce que ce soit au sein de la cellule familiale que dans la rue ou dans le milieu professionnel.

Et à vrai dire, l’Algérie peut s’enorgueillir d’être un pays où les droits de la femme sont respectés, et ce tant en matière de dispositif de textes juridiques que dans la vie courante. Selon bien des statistiques fournies, hier, par les responsables de la direction de l’action sociale (DAS) à l’occasion du séminaire qu’elle organisée à la maison de la culture Mouloud Mammeri à l’occasion de la journée internationale de lutte contre la violence à l’égard des femmes. En effet, dans sa communication, Mme Fazia Laziz, cadre à la DAS, a indiqué que l’Algérie ne figure aucunement parmi les pays les plus touchés par la violence à l’endroit des femmes. Selon cette intervenante, les pays les plus touchés par ce phénomène sont certains pays asiatiques comme l’Inde où la violence est même traduite par le meurtre de la femme, les pays latino-américains et les pays occidentaux, les USA notamment. En France, souligne Mme Fazia Laziz, une femme sur trois est victime de violence. En tout cas à Tizi-Ouzou, la violence à l’endroit des femmes connait une diminution. Les services de police appuient cette réalité par des données chiffrées. En effet, le représentant de la sûreté de wilaya, se basant sur les trois dernières années, a indiqué que l’année 2018 connaît un recul de violence par rapport aux années 2016 et 2017. Pour l’année 2016, les services de police ont enregistré 106 cas de violence dont 08 cas à caractère sexuel.

Les 98 autres cas, ont porté sur les coups et blessures ou tout simplement sur la violence verbale. Au cours de l’année 2017, 112 cas de violence dont 02 à caractère sexuel. Pour cette année 2018, les cas de violence enregistrés sont au nombre de 86 dont un à caractère sexuel. Cet officier de police dira encore que la lutte contre la violence à l’endroit des femmes est l’affaire de tous ; autrement dit, c’est toute la société qui est tenue de s’y impliquer. De son côté le directeur de l’action sociale, s’appuyant lui aussi sur des donnée chiffrées enregistrées par ses services a indiqué que plusieurs femmes ont joui des différents mécanismes d’aides mobilisés par l’Etat à leur profit. Dans le cadre du dispositif d’aide à l’insertion sociale (DAIS), 325 femmes ont joui de primes d’insertion et diplômes. Dans le cadre de la formule allocation forfaitaire et de solidarité (AFS), ce n’est pas moins de 14.017 femmes qui en ont bénéficié. Ce responsable a également indiqué que 53 femmes et 85 enfants ont bénéficié du fonds de la pension directe de la DAS.

Le directeur de l’action sociale de la wilaya de Tizi-Ouzou a assuré que plusieurs autres formules d’aide à la femme en difficulté ont été mises à exécution pour ses services. S’agissant de centres d’accueil pour femmes en détresse, ils sont au nombre de deux à l’échelle nationale. L’un se trouve à Bousmaïl dans la wilaya de Tipaza et le second à Mostaganem. Notons enfin que des théologiens et des experts en droit musulmans ont pris la parole pour mettre en évidence la prohibition totale de la violence sous toutes ses formes par l’islam. C’est dans ce sens également que ces spécialistes ont plaidé au respect des valeurs de l’islam pour que chacun vive en paix et dans la dignité, et ce soit au sein de la famille, soit dans le milieu professionnel et soit dans les espaces publics tout simplement.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter