Nationale

#TITRE

371

Vingt-six harraga interceptés au large d’Annaba

9 mai 2016 | 19:31
N. C.

Le beau temps revenu et c’est de nouveau parti. L’épisode de l’émigration clandestine ne semble pas connaître son épilogue malgré les efforts déployés par les autorités algériennes pour endiguer ce phénomène.

Il ne passe pas un jour sans que l’on signale des jeunes harraga qui prennent la mer à bord d’une embarcation de fortune à destination de la Sardaigne, en Italie. En effet, les éléments du Groupement territorial des gardes côtes (GTGC) ont procédé, hier à l’aube, à l’arrestation de 26 candidats à l’émigration clandestine à 2 miles de la plage d’Oued Bagrat, située à 11 km de la commune de Seraidi, alors qu’ils tentaient de gagner les côtes italiennes à bord d’une embarcation artisanale, a-t-on appris de sources sécuritaires.

Agés entre 20 et 33 ans, ces jeunes livrés à eux-mêmes ont préféré, en quête d’Eldorado, vivre sous d’autres cieux « où il fait bon vivre « , selon les termes d’un jeune rescapé qui a été repêché par les gardes côtes algériens. Mais, il faut signaler qu’il n’y a pas de « bon vivre, ni pour hier et ni pour aujourd’hui en Europe « , selon d’anciens harraga de retour au pays. Nombre de ces harraga, après avoir été hébergés dans les centres de transit en Italie, souffrent le martyre en raison de leur exploitation illégale dans les champs de plantation de tournesol.

A noter que devant la gravité du phénomène de la harga, les forces de sécurité ont déployé tous les efforts et mis tous les moyens matériels et humains pour endiguer ce phénomène qui ne cesse de prendre de l’ampleur jour après jour. Plusieurs lieux isolés à Sidi Salem, fief des harraga, ont été transformés en véritable chantier naval où des embarcations artisanales ont été détruites par les forces combinées.

Par ailleurs et parmi ces 26 jeunes harraga interceptés au large de la plage d’Oued Bagrat par le GTGC, on compte 15 harraga originaires d’Annaba, 7 d’El-Tarf, 2 de Guelma et 2 de Jijel. Selon des décomptes officiels 198 candidats à l’émigration clandestine ont été interceptés à Annaba depuis janvier 2016.

Selon d’autres décomptes non officiels, on parle de plus de 400 harraga qui avaient réussi leur traversée migratoire par voie de mer, uniquement depuis janvier de l’année en cours.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter