Nationale

#TITRE

243

Vibrant hommage à Bruxelles à feu Ait Ahmed

28 mai 2016 | 19:08
D. M.

Un vibrant hommage a été rendu, vendredi à Bruxelles, à feu Hocine Ait Ahmed, figure emblématique du mouvement national de libération au cours d’une soirée d’hommage aux figures de libération africaine.

Organisée par l’Association à but non lucratif Bana Mboka (Enfants du pays, une association de jeunes issus de la diaspora africaine), avec le soutien du Collectif mémoire coloniale et lutte contre les discriminations, cette soirée se veut un hommage aux précurseurs, aux combattants et combattantes de la liberté, aux indépendantistes, aux penseurs et philosophes d’Afrique subsaharienne et du Nord qui ont tracé la voie et ouvert des brèches pour la nouvelle génération.

M. Belkacem Amarouche, parlementaire du Front des forces socialistes (FFS), fondé en 1963 par le défunt Ait Ahmed, a salué au cours de cette soirée, « une des figures marquantes du mouvement national de lutte contre le colonialisme français ».

« Irréductible et précurseur de l’opposition démocratique en Algérie, Hocine Ait Ahmed fut un militant infatigable et défenseur des droits de l’homme, un fervent de la liberté et de la démocratie », a-t-il souligné. « Pionnier de la diplomatie algérienne », Hocine Ait Ahmed qui a conduit la délégation algérienne à la conférence de Bandung en 1955, a accompli un travail de lobbying « remarquable », a rappelé ce parlementaire qui a insisté sur les résolutions prises par cette conférence en faveur du droit à l’autodétermination et à l’indépendance des trois pays du Maghreb (Algérie-Tunisie-Maroc).

Il a rappelé également le « rôle important » tenu par feu Ait Ahmed à la première Conférence des partis socialistes asiatiques, réunie en janvier 1953 à Rangoon en Birmanie, pour l’adoption d’une résolution soutenant la lutte de libération dans les pays du Maghreb.

Belkacem Amarouche a mis l’accent sur l’œuvre de ce leader politique qui a réussi, en septembre 1956, à faire inscrire la cause algérienne à l’ordre du jour de l’Assemblée générale des Nations unies. « Cet exploit provoqua le retrait de la délégation française », a-t-il tenu à souligner.

L’élu du FFS a rappelé, longuement, le parcours historique de feu Ait Ahmed, depuis son premier engagement politique, jusqu’à son décès le 23 décembre dernier en exil, à Lausanne (Suisse), rappelant notamment son engagement durant la Révolution algérienne et ses prises de position au sein de l’opposition après le recouvrement de l’indépendance nationale. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter