Articles similaires

Nationale

#TITRE

815

Vers une hausse sensible de la production aquacole

17 septembre 2018 | 20:42
pêche et aquaculture Lilia Ait Akli

Tout en signalant l’augmentation de la production nationale de la pêche et de l’aquaculture, le directeur général de la pêche et de l’aquaculture, Taha Hamouche, appelle à investir davantage dans la filière. Et ce dans le but d’augmenter la production nationale qui varie de 5 000 à 10 000 tonnes/an.

C’est lors du séminaire de clôture du projet « d’appui à la formulation de la stratégie nationale de la pêche te de l’aquaculture »,ce lundi, que Taha Hamouche a réitéré cet appel aux investisseurs nationaux et étrangers. Selon lui, la production nationale ne connaîtra une nette augmentation que si les investissements se multiplient. Et de signaler la dynamique que connaît la filière en termes d’investissement, enregistrant ainsi plus de 300 projets d’investissements dans l’aquaculture d’une valeur, précise-t-il, de 200 à 300 millions de DA par projet. « Ces derniers sont en phase de réalisation, et 65 sont déjà réalisés et rentrés en phase de production », a-t-il indiqué, signalant l’augmentation significative de ces projets, qui étaient seulement dix les deux dernières années. « Nous recevons quotidiennement des demandes d’investissements d’opérateurs locaux et étrangers », a-t-il indiqué, du fait que c’est une activité prometteuse vu le fort potentiel dont dispose le pays en la matière.

La production a, de ce fait, enregistré une augmentation « avec ces nouveaux projets d’investissement, les capacités de production vont sans doute se multiplier », prévoit-il. Et d’ajouter que des projets en cours de réalisation durant ces deux dernières années, permettront à l’aquaculture de faire un bond quantitatif ». Il signalera que des évolutions notables sont enregistrées depuis 2000, qui sont visibles notamment dans les infrastructures portuaires, sui sont aujourd’hui 44. « Il est question de démocratiser l’activité de l’aquaculture et de la rendre accessible à tout le monde. » « L’Algérie a tracé une feuille de route, une stratégie pour ce secteur, afin de permettre une émergence de l’économie productive nationale, la création d’emplois, mais aussi l’amélioration de la sécurité alimentaire ». Pour sa part, le président du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD à Alger, Eric Overvest est revenu sur le projet d’appui à la stratégie de la pêche lancée en 2013. « Nous accompagnons le ministère de l’Agriculture à travers sa direction de la Pêche en vue de développer ce secteur, et ce par le développement des capacités, l’évaluation du potentiel et aussi par l’appui à la pêche artisanale et l’aquaculture », a-t-il expliqué. Il s’est notamment focalisé sur l’aquaculture, dont, selon lui, le pays dispose d’un potentiel énorme.

Il aspire en outre, une production totale de la pêche atteignant 100 000 à 200 000 tonnes/an, chose qui créera une échelle des valeurs et des emplois durables, et une démarche qui s’inscrit, poursuit-il, dans la diversification de l’économie. Citant les contraintes liées entre autres, à la coordination interinstitutionnelle, Eric Overvest a exprimé son optimisme quant à la possibilité de se passer de l’importation de poisson. L’Algérie, rappelle-t-on, importe 40 000 tonnes de poissons par an.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter