Nationale

#TITRE

527

Vers l’ouverture du marché de l’électricité au privé

18 juin 2016 | 18:28
Sofiane Abi

Le marché de l’électricité, longtemps détenu par la Sonelgaz, sera ouvert au privé. Une décision prise par l’Etat qui a déjà confié la mission, il y a quelques mois, à la Commission de régulation de l’électricité et du gaz (CREG) pour préparer le plan.

La récente désignation du désormais ex-PDG de la Sonelgaz, Noureddine Bouterfa, à la tête du ministère de l’Energie, rentre dans cette nouvelle stratégie. Des avocats-conseils sont déjà en pleins préparatifs pour rédiger des études.

Ainsi, le nouveau ministre de l’Energie et la CREG se préparent discrètement à ouvrir la production de l’électricité au secteur privé, selon une source proche du dossier.

La CREG désignera bientôt des avocats-conseils, souligne une source digne de foi. Ceux sélectionnés pour cette mission seront chargés de rédiger des études sur le contrôle du service public de l’électricité et du gaz, l’organisation du service de conciliation de la commission de régulation et les pouvoirs de sanction de la CREG. Autrement dit, il s’agit de préparer la commission à réguler une activité longtemps confiée à la Sonelgaz.

La CREG se prépare depuis plusieurs mois à assurer cette mission, notamment grâce à un programme de formation de ses cadres financé par l’Union européenne, explique notre source. Cette évolution en cours n’est donc pas liée à la nomination, le 11 juin dernier, du nouveau ministre de l’Energie Noureddine Bouterfa, faut-il le signaler.

Mais ce dernier, jusqu’alors patron de Sonelgaz, pendant plusieurs années, a plaidé depuis longtemps pour la diversification du mix énergétique national et en faveur de partenariats entre l’électricien national et le secteur privé.

M. Bouterfa, alors qu’il était le PDG de la Sonelgaz, avait toujours revendiqué et plaidé pour une augmentation des tarifs de l’électricité et du gaz. Selon lui, les tarifs appliqués pendant de longues années ont rendu la Sonelgaz déficitaire.

Fort heureusement, le soutien de l’Etat était toujours présent et maintenu d’un gouvernement à l’autre ; cependant cet appui finira par s’effondrer un jour, surtout face à des troubles économiques qui peuvent survenir sur le plan international et auront des effets négatifs sur le marché de l’électricité en Algérie. La Sonelgaz aurait subi d’importants séismes sans ce soutien de l’Etat.

La société nationale de l’électricité et du gaz avait cumulé des dettes et son effondrement était certain si ce n’était le rapport d’aide assuré par l’Etat. Face à cette situation et surtout face à la chute des prix du pétrole sur le marché mondial, d’où le pays est appelé à réduire ses dépenses, l’Etat a compris que l’ouverture du marché de l’électricité au secteur privé est une solution à laquelle il faudra se résoudre.

Une ouverture qui peut faire épargner à l’Etat algérien des centaines de milliards de dinars surtout en ces temps durs. Quant aux tycoons du business, du groupe Condor aux frères Souakri en passant par le député El Hamel, ils se préparent déjà à lancer leurs propres parcs pour être les premiers investisseurs du marché de l’électricité en Algérie, souligne notre source.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter