Articles similaires

Nationale

#TITRE

1032

Vacances de fin d’année...Ghardaïa affiche complet

28 décembre 2018 | 21:43
Ghardaïa De Ghardaïa, Aissa Hadj Daoud.


Durant cette première trêve hivernale la capitale du M’Zab, plongée dans une ambiance folklorique sans précédent, affiche complet. La fréquentation touristique devrait sans doute battre des records grâce à l’afflux des visiteurs nationaux après quelques années plombées par une léthargie perceptible de la Direction du tourisme locale. Ce qui constitue une aubaine pour l’hôtellerie publique et privée qui renoue avec la croissance. « On a plus que retrouvé les niveaux d’avant les belles années 1970, et on s’achemine vers un record en termes de fréquentation pour l’année », résume un responsable de la direction du tourisme de la wilaya.
Néanmoins, Ghardaïa se trouve concurrencée par d’autres villes comme Tamanrasset, Timimoune et Adrar, surtout en matière de tourisme international. 
Ghardaïa, ville touristique par excellence, se caractérise par l’une des plus faibles capacités d’hébergement touristique du pays ainsi que par une mise en valeur insuffisante des zones d’intérêt touristique. Pourtant elle recèle des richesses et des potentialités et possède des atouts majeurs pour le développement de ce secteur tels que l’infrastructure architecturale unique au monde, des transports terrestres et aériens, des sites thermaux, des sites touristiques et des monuments touristiques importants ainsi qu’un patrimoine culturel diversifié. La région du M’Zab se distingue surtout par ses sites historiques architecturaux et ses neuf ksours : (Ghardaïa, Metlili et El-Menia).



Le tourisme à Ghardaïa est cependant à la traîne, et doit rapidement s’intégrer dans le système touristique mondial, devenu une véritable industrie brassant plus de 1 400 milliards de dollars par an. C’est en fait une évidence que résume le ministère algérien du Tourisme. Appuyant que « l’Algérie entière doit entrer dans l’industrie touristique mondiale pour offrir un meilleur visage aux marchés demandeurs ». Ce même ministère avait maintes fois souligné « qu’il y a une stratégie pour cet objectif, et le gouvernement a mis en place une stratégie pour que l’Algérie et son vaste Sud soit une destination mondiale, adaptée aux standards internationaux ». Dès lors, il relève « qu’on doit donc encourager et soutenir l’investissement dans le secteur du tourisme, améliorer la qualité des infrastructures et l’accueil dans les hôtels. Il doit y avoir pour cela un plan de développement du secteur ». La réalisation de nouveaux projets stratégiques d’hôtellerie à travers la wilaya de Ghardaïa permettront d’exploiter au mieux les atouts touristiques prometteurs dont dispose cette région du Sud, en vue de les ériger en un nouveau pôle économique attractif.
Rappelons-le, la vallée du M’Zab inscrite depuis 1982 au patrimoine mondial de l’humanité pour l’UNESCO en tant que valeur universelle exceptionnelle, doit être exploitée pour hisser sa région au rang des meilleures destinations de l’Algérie, car recelant des potentialités et des atouts touristiques remarquables et diversifiés (tourisme culturel, éducatif, de dunes de sable et thermal) pouvant jouer un rôle de premier choix dans la promotion de la vie économique et sociale de sa région.



Malheureusement, son développement est entravé notamment par une faible infrastructure hôtelière et de la capacité d’accueil des touristes.
Cette région, nommée « la porte du désert » est plus que jamais tenue d’enregistrer un développement rapide de l’infrastructure hôtelière et de la capacité d’accueil si l’on veut atteindre les objectifs escomptés par le Ministère du Tourisme. En effet, au vu des potentialités naturelles immenses (l’architecture ancestrale, le culturel, le balnéaire, le thermalisme, le saharien, l’aventure, la découverte…), cette région est le prolongement naturel du tourisme reconnu aux grands pôles nationaux. Face à ce constat, les pouvoirs publics sont appelés à instaurer une stratégie de développement du secteur intégrant l’approche régionale et impliquant les différents opérateurs économiques et locaux. D’autre part, il va sans dire que si depuis l’indépendance le secteur touristique avait été pris en charge par l’Etat, il est temps aujourd’hui que l’investissement privé prenne le relais.



« Et donc les investisseurs privés doivent prendre le flambeau dans ce secteur, quoiqu’on constate qu’il y a beaucoup de problèmes d’ordre administratif qu’il va falloir éradiquer.
Cette stratégie sera axée particulièrement sur les plans de développement régionaux (une sorte de déclinaison régionale d’infrastructures support à la vision 2025), sur la promotion du tourisme interne et rural et sur le repositionnement de l’Algérie dans le balnéaire à travers la création de nouvelles stations et des sites touristiques (Ghardaïa, Berriane, Zelfana, El-Menia). cette stratégie aura pour objectif le développement intégré visant à accroître la compétitivité du pays sur cet important segment du marché partant, à maximiser les retombées économiques de ce secteur touristique, notamment pour la wilaya de Ghardaïa en matière d’emploi.
Malgré tout, il y a lieu de remarquer que cette année 2018 qui s’achève sera un bon cru pour le tourisme Ghardaoui. Pourvu que ca dure ! 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter