Nationale

#TITRE

321

Une sommité intellectuelle selon Bouteflika

13 mai 2016 | 21:13
S. N.


Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de condoléances à la famille de Cheikh Bouamrane, décédé avant-hier, dans lequel il a souligné que le défunt fut « une sommité intellectuelle et culturelle dans notre pays ».


« Nous avons appris avec une profonde affliction le décès de l’intellectuel éminent, président du Haut-Conseil islamique (HCI), Cheikh Bouamrane, une sommité intellectuelle et culturelle qui a voué sa vie à l’éducation et à l’orientation de générations successives de nos étudiants et chercheurs », écrit le président Bouteflika dans son message.


« La pensée du défunt dans le domaine du patrimoine et de la philosophie a été marquée par la minutie et la modération. Il comptait parmi les savants qui conciliaient entre la tradition proprement philosophique (Naql) et celle de la théologie rationnelle (Aql) et qui faisaient prévaloir la logique caractérisant le système des valeurs spirituelles dans notre patrimoine arabo-islamique.


Sa méthodologie en matière de recherche et d’orientation s’est traduite dans ses contributions dans la revue du HCI qu’il a présidé pendant plusieurs années et à travers son long combat dans
le mouvement des Scouts musulmans », a précisé le chef de l’Etat, ajoutant que sa disparition « est une grande perte pour le monde du savoir et de la culture dans notre pays ».


De son côté, le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, a adressé un message de condoléances à la famille de Cheikh Bouamrane, président du HCI, décédé jeudi, dans lequel il a affirmé que l’Algérie « perd un pilier de la pensée éclairée et de la culture nationale ».


Décédé à l’âge de 92 ans des suites d’une longue maladie, Cheikh Bouamrane a exercé comme professeur à l’institut de philosophie à l’université d’Alger dont il devient, par la suite, directeur. Il a également occupé plusieurs postes de responsabilité, dont celui de conseiller au ministère de la Culture en 1990, puis ministre de la Communication et de la Culture en 1991.


Il a aussi présidé l’Union des écrivains algériens de 1995 à 1996 avant d’être désigné à la tête du HCI depuis 2001.


Auteur d’un riche parcours culturel et intellectuel, le défunt a laissé de nombreux ouvrages consacrés à la liberté humaine, à la pensée islamique, à l’histoire de l’Algérie et à l’Emir Abdelkader. Il a également été l’auteur de plusieurs contributions dans des revues et publications.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter