Nationale

#TITRE

193

Une marche à Bejaïa pour la libération de l’investissement

11 décembre 2018 | 18:00
Bejaia, Noureddine Bensalem

La ville de Bejaia est marquée ce mardi par une nouvelle marche qui intervient le lendemain de la marche organisée par le comité de solidarité pour la libération du blogueur Merzouk Touati et la libération en détention. 
Cette nouvelle action organisée par le comité de solidarité avec le groupe Cevital, du forum socialiste et de la Coordination nationale des comités de soutien aux travailleurs de Cevital et aux Investissements Économiques a drainé des milliers de personnes. La procession s’est ébranlée depuis l’arrière port à partir de 10h jusqu’au siège de la wilaya.
La procession est composée de travailleurs, élus municipaux, des élus APW, des députés tels que Athmane Maâzouz et Nora Ouali du RCD, Khaled Tazaghart (indépendant), Mme Zina Yekhlef (Ouagni), entre autres, des syndicalistes, des membres de la société civile, des animateurs associatifs, des citoyens, des étudiants, des militants de partis politiques, des militants des droits de l’homme. Des députés et élus de Tizi Ouzou ont été également pris part à cette marche ainsi que le président de la JSK Chérif Mellal et de supporteurs des clubs phares de Béjaïa (MOB et JSMB) ainsi que des supporteurs de la JSK.
Les manifestants ont exigé hier « l’arrêt immédiat de l’acharnement contre Cevital et le déblocage de tous ses projets » une revendication et un slogan portés dans une longue banderole arborée par le premier carrée de la procession composé des d’élus et de parlementaires. Les manifestants ont clamé tout au long de la marche « la libération de la wilaya et des projets d’investissement, la création d’emplois ». Ils ont, également, mis en avant « l’intégration de la wilaya dans la liste des wilayas où l’activité de trituration de graines oléagineuses est éligible aux avantages accordés à l’investissement », « une répartition juste et équitable des investissements et de la richesse » du pays, et « une gestion transparente et juste de l’économie nationale ». Le député Khaled Tazaghart porte-parole de la Coordination nationale des comités de soutien aux travailleurs de Cevital a réaffirmé son soutien au porte- parole du comité de solidarité avec les travailleurs de Cevital M. Mourad Bouzidi qui est poursuivi en justice. Pour lui, « l’intervention du Président de la République M. Abdelaziz Bouteflika est fortement demandée par des millions d’Algériennes et d’Algériens pour le déblocage du projet de Cevital à Béjaïa ».
Et d’ajouter : « l’usine de trituration de graines oléagineuses de Béjaïa est un projet stratégique qui mettra l’Algérie en sécurité alimentaire pour les corps gras et les protéines végétales pour l’alimentation du bétail ». Pour M. Tazaghart « l’impact financier positif de ce projet pour l’Algérie sera supérieur à 2 milliards de dollars : économie de 1,5 Milliards de dollars US par la substitution des importations d’huiles brutes et de tourteaux de soja, recettes à l’export d’au moins 600 à 700 millions de dollars US sur les seules exportations de Cevital en tourteaux de soja ». Le député estime que « le nombre d’emplois concernés par cette filière se compte en dizaines de milliers, aussi bien pour la filière industrielle ainsi que pour l’agriculture nationale ». M. Tazaghart estime que la présence de milliers de personnes à la marche est un message au président de la république afin qu’il libère l’investissement réitérant son soutien à Cevital qui est une chance pour la wilaya ».
Vous cassez l’histoire et vous menacez l’unité nationale que nous défendons », dit-il. Il a interpelé l’APW afin de voter une résolution pour le déblocage du projet de Cevital, un acte politique ».
Dans son allocution le député Athmane Maâzouz du RCD dira : « nos enfants ont besoin de vivre, de travailler, pas se donner la mort en fuyant le pays et traversant les océans à la recherche d’un emploi, d’une vie décente et à la recherche d’emplois ». Le parlementaire a appelé la foule à se mobiliser une nouvelle fois en cas de refus du gouvernement de débloquer l’investissement dans la wilaya estimant que l’union est la seule façon d’aboutir à ces revendications demandant la part financière de la wilaya ». La députée Zina Ilkhlef qui a pris la parole a interpellé le chef du gouvernement qu’il a vivement critiqué, réclamant des usines à Béjaïa et le déblocage des 143 projets en souffrance à Béjaïa. Mme Nora Ouali députée du RCD a également appelé les dirigeants du pays à débloquer les projets de la wilaya et construire des usines au lieu de de construire des prisons pour nos enfants. Pour elle, "la wilaya de Béjaïa est étouffée". Elle dira : « notre présence ici est de débloquer la Kabylie entière ».
M. Saïd Salhi vice-président de la ligue des droits de l’homme qui est intervenu lui aussi a dénoncé le refus des autorités d’autoriser la tenue du le 7ème forum des droits de l’homme qui devait être animée par la ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH) dans le cadre de la célébration du 70 anniversaire de la Proclamation de la Charte Universelle des Droits de l’Homme. Il est revenu sur « le blocage des projets et de l’investissement privés et publics » qu’il a dénoncé et condamnés. Pour lui, « c’est une sanction conte la wilaya qui est le dernier bastion des luttes et de la liberté ». Il dira ensuite qu’« une nouvelle page d’histoire est écrite et le pouvoir doit assumer ses responsabilités devant l’histoire ».
Et d‘ajouter : « nous refusons que Béjaïa soit mise à l’écart du développement et elle doit être insérer dans le projet national ».

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter