Nationale

#TITRE

597

Une liste de 26 nouveaux polluants à éliminer

26 juillet 2016 | 20:15
Kamel Cheriti

Abdelkader Ouali, ministre des Ressources en eau et de l’Environnement, a procédé hier à Alger à l’ouverture des travaux d’un atelier de renforcement des capacités dans le cadre de l’actualisation des plans nationaux de mise en œuvre de la convention de Stockholm sur les nouveaux polluants organiques persistants, ajoutés aux annexes de la convention depuis la cinquième conférence des parties à la convention de Stockholm.

Cet atelier, organisé par le Centre national des technologies de production plus propre, CNTPP, qui a regroupé des délégués venus d’Egypte, de Libye, du Mali, du Maroc, de Mauritanie, du Niger et de la Tunisie, est parrainé par le programme de coopération allemande, GIZ.

Dans son allocution, le ministre a tenu à préciser que l’Algérie est un des rares pays qui a procédé à la constitutionnalisation du droit à l’environnement disant que, dans l’amendement de la Constitution en mars 2016 a été très explicite en stipulant dans son article 68 que le citoyen algérien a droit à un environnement sain et que l’Etat œuvre à la préservation de l’environnement.

Le ministre ajoute que cette décision est le couronnement de l’effort déployé par l’Etat depuis une vingtaine d’années en matière de préservation de l’environnement et de l’amélioration du cadre de vie du citoyen algérien.

Abdelkader Ouali a fait savoir que l’Etat a mobilisé 50 milliards de dollars dans la réalisation d’infrastructures pour l’exploitation des ressources en eau et plus de deux milliards de dollars pour la mise en place de centres d’enfouissement technique, de centres de tri et aussi pour la formation de cadres des collectivités locales et des unités industrielles dans le domaine de la protection de l’environnement.

Il a situé l’action dynamique de l’Algérie dans sa contribution à la protection de l’environnement global en ratifiant avec la communauté internationale des accords et des conventions, notamment ceux de Paris, de Bâle et ceux de Stockholm dont il est question dans la rencontre internationale d’aujourd’hui.

Dans ce contexte, Abdelkader Ouali a situé le rôle de la convention de Stockholm adoptée le 22 mai 2001 et entrée en vigueur le 17 mai 2004 en déclarant que l’Algérie a transmis son premier plan national de mise en œuvre de la convention en date du 10 juin 2007, une année avant les délais prévus, et que ce plan a concerné les opérations de l’élimination de produits organiques persistants en donnant ces chiffres, 440 milles tonnes pour l’huile, 605 tonnes pour les terres contaminées et 34 tonnes pour les déchets souillés.

Il a indiqué que c’est le Centre national des technologies de production plus propre qui agit pour le ministère et que la candidature de ce centre a été proposé pour qu’il soit à la tête des pays de la région.

Ce qui fut fait et depuis 2010, avec un mandat allant jusqu’en 2019, le Centre national des technologies de production plus propre dont Mme Fazia Dahleb est directrice générale, se trouve à la tête des pays de la région dont les délégués ont été invités pour la rencontre internationale du Sofitel de trois jours prenant fin ce 28 juillet.

L’objectif spécifique de cette rencontre consiste au renforcement des capacités nationales de la région couverte par le Centre national des technologies de production propre pour l’actualisation de leurs plans nationaux de mise en œuvre de la convention de Stockholm par rapport aux 26 nouveaux polluants organiques persistants ajoutés aux annexes de la convention depuis sa cinquième conférence des parties.

Cette rencontre est l’occasion pour Mme Fazia Dahlab, sa directrice générale en sa qualité de coordinatrice des activités du centre régional de la convention de Stockhoil pour l’Afrique du nord , de présenter le plan d’action du Centre national des technologies de production plus propre pour la durée de son mandat allant jusqu’en 2019. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter