Culture

#TITRE

287

Une formation pour mieux gérer le patrimoine national

18 octobre 2016 | 19:54
Djamel Bouda

Des étudiants de l’Ecole nationale de conservation et de restauration des biens culturels (ENCRBC) ont suivi, en fin de semaine, une formation au Musée national de Cherchell en vue de parfaire leur potentiel en matière de conservation et de gestion du patrimoine culturel national.

Cette formation pratique des premières promotions de restaurateurs-conservateurs algériens des biens culturels a eu lieu grâce à une convention signée avec le Musée national qui a organisé la sixième campagne algéro-allemande pour la restauration de la statuaire et les éléments architectoniques et dont le but est le réaménagement de la galerie nord et des pavillons nord-ouest et nord-est du musée.

Lors de cette campagne, des statues et éléments architectoniques sont restaurés et consolidés pour être remis sur de nouveaux socles antisismiques.

Le séjour de ces étudiants leur a permis d’acquérir les nouvelles techniques de restauration de la statuaire Jubéenne de Cherchell et de manipuler les différents types de produits et d’outillage utilisés dans la restauration.

« A l’école, on enseigne aux étudiants la théorie tout en leur assurant des stages pédagogiques au niveau des musées, mais c’est la première fois qu’ils manipulent des objets », a indiqué Mme Naïma Abdelouahab, directrice de l’école, qui a tenu à mettre en exergue l’importance de ce stage qui a porté essentiellement sur le matériau « pierre ».

La responsable de l’Ecole nationale de conservation et de restauration des biens culturels a indiqué que ce genre de stage se renouvellera et concernera tous les étudiants suite à la signature d’une convention avec le Musée national de Cherchell qui prévoit d’organiser d’autres campagnes.

Mme Abdelouahab a affirmé que ce stage a eu lieu grâce au concours précieux de M. Bouzghaia, directeur de l’administration et des moyens au minisitère de la Culture, de Mme Rabhi, sous-directrice de la formation au sein du même ministère, de M. Zebda, directeur de la culture de la wilaya de Tipasa, de Mme Atif-Hamza, directrice du Musée national de Cherchel sans oublier M. Louaked, directeur du centre de formation professionnelle de Cherchell qui a mis à notre disposition le centre d’hébergement à titre gracieux.

Les restaurateurs-sculpteurs italien, Alberto Fiorin, et allemand, Johannes Walz, étaient « ravis « d’encadrer les futurs restaurateurs algériens et souhaitent renouveler cette expérience, car estimant que les étudiants étaient très intéressés et très dynamiques.
« Les étudiants ont fait preuve de beaucoup de sérieux et ont de bonnes connaissances théoriques. En plus de cela, ils assimilent rapidement « , a ajouté Alberto Fiorin.

La directrice du musée s’est dite très contente d’avoir accueilli les étudiants de l’Ecole nationale de conservation et de restauration des biens culturels et a souligné que l’institution est ouverte à tous les étudiants et les chercheurs.

Les étudiants ont, de leur côté, exprimé leur satisfaction d’avoir pris part à ce stage pratique, le premier que l’école organise.
L’Ecole nationale de conservation et de restauration des biens culturels est un établissement de formation supérieur créé par décret exécutif n° 08-328 du 21 octobre 2008 et placé sous la double tutelle du ministère de la Culture et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Cette école a pour mission de former les attachés de conservation et les attachés de restauration dans un premier cycle couronné par une licence des biens culturels, les conservateurs et les restaurateurs de biens culturels dans un second cycle couronné par un master de conservateur ou un master de restaurateur.

En même temps, l’école propose des formations initiales selon le régime de LMD, à savoir une licence en bien culturels qui permet d’acquérir les bases théoriques et pratiques nécessaires à la compréhension des biens culturels et de leur altération ainsi que les mesures prises pour leur préservation.

La formation, quant à elle s’articule autour des sciences humaines : histoire de l’art, histoire des techniques de construction , histoire de la restauration et de la conservation, science de la matière (chimie , physique et biologie) les options propres à la description de la préservation : méthodologie et déontologie de la conservation préventive ou de la restauration.

Pour ce qui est de la formation au patrimoine, elle s’appuie sur des travaux pratiques effectués dans des laboratoires scientifiques divisés en sections spécialisées en chimie , essais de matériaux , en biologie et en physique ; dans des ateliers de restauration divisés en sections spécialisées en plâtres , peintures murales , mosaïques et stucs , matériaux en pierre, peinture sur bois, peintures sur toiles , matériaux de l’art contemporain, métaux et alliages céramiques, verres, ivoires , émaux , matériaux organiques : papier , parchemin , tissus et cuir.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter