Nationale

#TITRE

551

Une efficacité prouvée allant jusqu’à 95 %

12 décembre 2015 | 19:07
Kamel Cheriti

Hier samedi, les responsables des laboratoires Beker, entreprise à capitaux algériens, a présenté aux médias un nouveau médicament révolutionnaire pour traiter l’hépatite C. Etant donné la portée stratégique de ce médicament, il n’est disponible que dans les hôpitaux.

L’hépatite C est une maladie grave qui affecte le foie, l’organe le plus lourd dans le corps humain. Sa prise en charge est longue et contraignante, ne garantissant pas toujours une guérison totale.
Bien souvent l’hépatite C est, hélas, fatale pour le patient.

Il y a une semaine, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf a annoncé la venue de ce médicament miracle produit par un laboratoire local, en précisant qu’il est disponible uniquement dans les pharmacies centrales des hôpitaux.

Ce médicament, appelé Sofos 400, puisé dans la dénomination Sofosbuvir 400 mg, est administré dans une première phase, comme le précise le professeur Nabil Debzi, avec d’autres médicaments entrant dans la prise en charge de cette maladie virale qu’est l’hépatite C.

Il se prend chaque jour avec la nourriture dans une période de 12 semaines, représentant une durée courte par rapport au traitement classique qui est de 48 semaines avec des résultats positifs ne dépassant pas 50 %, alors que le nouveau médicament, Sofos 400, assure une guérison à hauteur de 95 % et même une guérison totale.

Son prix est accessible et adapté au niveau algérien, ne dépassant pas les trois mille dinars, alors qu’en Europe il est commercialisé à plus de six cents euros. Sofos 400, avant son introduction sur le marché algérien, a fait l’objet de recherches intensives, menées par les laboratoires Beker, étant validé par des études de bioéquivalence in vivo et in vitro prouvant son efficacité.

Il est aujourd’hui la fierté de la Pharmacie algérienne qui le produit localement par l’intermédiaire des laboratoires Beker avec à leur tête le docteur Rachid Kerrar, laboratoires installés à la cité Aïssat-Idir à Dar El Beïda.

La Pharmacie algérienne, avec le soutien des pouvoirs publics, est ainsi en train de relever le défi majeur d’intensifier la production locale de médicaments, réduisant les importations et assurant la disponibilité sur place des moyens thérapeutiques.

Dans les investissements effectués au profit du développement de l’économie algérienne, le secteur de la pharmacie vient en tête dela réalisation des projets pour accroître l’indépendance de l’Algérie en matière de production locale des médicaments.

Les laboratoires Beker, avec la venue de Sofos 400 sur le marché algérien, ont ainsi franchi un important pas dans cette voie de l’affranchissement progressive de l’Algérie du poids de l’importation.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter