Culture

#TITRE

440

Une édition anniversaire, une programmation modeste

30 août 2016 | 20:09
APS

La capitale de Saoura célèbrera à partir de vendredi la 10e édition du Festival national de musique diwan, un événement incontournable et très attendu par le public de Bechar, qui sera marqué par la prédominance des troupes de l’ouest algérien.

Prévue initialement au mois de mai, cette édition a été repoussée à septembre, du 2 au 6, en raison de la réorganisation des festivals décidée par le ministère de la Culture.

Cette édition qui accueillera 12 troupes traditionnelles en compétition, au lieu des 15 habituellement, se signale, déjà, par l’absence de plusieurs maîtres reconnus du diwan et par une réduction de la durée du festival.

Elle se distingue aussi par une dominance des diwan de l’ouest de l’Algérie qui se sont ainsi taillés la part du lion avec sept troupes en lice dont « Tourath Gnawa » d’Oran, « Ahl Diwan » de Mascara, ou encore « Ouled Sidi Blel » de Relizane.

La région nord-sahara est représentée dans la compétition par « Dendoun Sidi Blel » de Ghardaïa et « Hna Mselmine » de Nâama, tous deux primés en 2013, aux côtés de la troupe « Banga » de Ouargla et la troupe de l’école de Kenadsa (Bechar).

Le diwan au féminin est également à l’honneur, mais hors compétition, avec la participation de Hasna El Becharia et Nora Gnawa au festival, alors que les lauréats des précédentes éditions, d’habitude programmés, sont absents.

Le festival qui produira des troupes locales et deux groupes de la scène oranaise, « Démocratoz » et « Les Jaristes », se déroule cette année au complexe sportif « 18 février », un autre changement intervenu dans l’organisation.

Dans son volet académique, le festival reviendra encore une fois sur « La musique en tant que facteur de développement », à travers des conférences animées par des universitaires et des journalistes. Sujet débattu lors des deux précédentes éditions, la relance du tourisme culturel dans la région sera au coeur des préoccupations encore en 2016 et les observateurs de la scène diwan regrettent que ce 10e festival soit « organisé au centre ville et coïncide avec la rentrée sociale », au moment où un « rapprochement (de la manifestation) des sites touristiques » de la région et une « programmation pendant les vacances (scolaires) d’hiver ou de printemps » sont souhaités, plaident-ils.

Alors que des projets de résidences de création artistique et des formations au profit d’associations culturelles étaient « au départ » inscrites au menu et que la participation des lauréats des précédentes éditions étaient prévue pour marquer les dix ans d’existence du festival, les organisateurs se sont vu contraints de « limiter (la programmation) aux spectacles et conférences, pour ne pas dépasser le budget de 10 millions de dinars alloué » au festival, affirme son commissaire, Hamdani Ammari.

Selon les organisateurs, « toutes les demandes de sponsoring sont restées sans réponse », les obligeant à « baisser considérablement » le cachet des participants et la dotation des Prix. 

A partir de 2016, le Festival national de musique diwan passera à une programmation biennale, en alternance avec le Festival international de musique diwan d’Alger dont la prochaine édition est fixée à 2017. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter