Culture

#TITRE

393

Une école pour la réhabilitation

14 septembre 2016 | 19:30
R. C.

Lancée le 20 août dernier à Haï Es Sabah à Oran, la Caravane des métiers du patrimoine doit sillonner l’ensemble des communes de la wilaya, jusqu’au jour d’aujourd’hui, jeudi 15 septembre, avant que les inscriptions aux métiers du patrimoine ne soient clôturées dans cinq jours.

Initiée par l’association socio-culturelle Santé Sidi El Houari d’Oran, la Caravane des métiers du patrimoine est inhérente à l’ouverture des inscriptions pour des candidats à une formation aux métiers traditionnels du bâti ancien.

Animée par des formateurs, des bénévoles et des stagiaires de cette association, elle consiste en une campagne d’information dont des Portes ouvertes pour présenter les métiers dispensés au sein même de l’Ecole-chantier de l’association, située au cœur du quartier de Sidi El-Houari qui comprend une grande partie des monuments historiques de la capitale de l’Ouest.

D’après le président de l’association, Kamel Bereksi, « cette opération de sensibilisation, organisée en perspective de l’ouverture, le 25 septembre, de la nouvelle session de formation à l’école-chantier de SDH, a suscité un réel engouement chez les jeunes, dont plus de 500 ont exprimé leur vœu d’apprendre un métier.

De nombreux parents, désirant placer leurs enfants dans un créneau professionnel d’avenir, ont également visité les stands de la Caravane pour s’enquérir des modalités d’inscription », rapporte l’Agence presse service d’Algérie. Il a également précisé que « des artisans sans diplôme activant dans le secteur informel et décidés à régulariser leur situation, figurent aussi parmi les visiteurs ».

Les offres de cette école portent sur plusieurs spécialités réparties entre la formation diplômante : maçonnerie traditionnelle, forge et ferronnerie d’art, menuiserie, charpente et plancher de bois, habillage d’intérieur et couture, et la formation qualifiante : taille de pierre, enduit et peinture, électricité de bâtiment et plomberie.

La formation diplômante n’exige aucun niveau d’instruction, elle est d’une durée de 12 mois durant laquelle le candidat suivra des cours théoriques et pratiques et des stages en entreprise.

Quant à la formation qualifiante sera sanctionnée par une attestation, elle consiste en un stage de courte durée (six à douze semaines) destiné aux artisans et ouvriers en fonction, aux architectes et ingénieurs intéressés par le bâti ancien et le monument historique.

A ce sujet, le président K. Bereksi a affirmé qu’ « un suivi des candidats est envisagé après leur formation pour les accompagner en vue de décrocher un emploi dans les nombreux chantiers de réhabilitation ouverts par les pouvoirs publics dans la wilaya d’Oran ».

Depuis sa création en 2003 et agréée par l’Etat en 201, cette école se réjouit de plusieurs promotions d’élèves parmi les déscolarisés. Plus de 500 jeunes candidats ont pu acquérir un métier lié au bâti traditionnel. Ils seront pour la plupart recrutés par les entreprises chargées de la réhabilitation d’immeubles anciens de la ville.

D’autres ont plutôt opté pour le lancement leur propre petite et moyenne entreprise. Pour l’association Santé Sidi El Houari, il sera également question d’aller vers la création d’autres écoles du genre en Oranie, d’établir des conventions avec l’université et d’assurer des formations à la carte pour étudiants et artisans.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter