Culture

#TITRE

349

Une chorégraphie sur les martyrs

8 juillet 2016 | 19:49
Kamel Cheriti

L’établissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger a marqué la célébration du cinquante-quatrième anniversaire de l’indépendance nationale par un magnifique spectacle chorégraphique, dans la soirée du 4 juillet dernier, à la salle Ibn Khaldoun.

Cette célébration de la fête de l’indépendance sera inhérente à la glorification des martyrs de la guerre de libération nationale. Un spectacle pour leur exprimer la reconnaissance de la nation, il ne pouvait être mieux représenté que par une expression artistique, la plus ancienne du monde, celle de la chorégraphie.

Par des gestes et des mouvements jaillissant des profondeurs de l’âme, du cœur et de la raison, le message de reconnaissance et de gratitude ne peut être plus clair et plus significatif. Par le langage universel de la chorégraphie, les mots et les paroles s’effacent au profit de vérités, de valeurs et aussi au bénéfice de symboles qui, à eux seuls, expriment, en une forme condensée, des années d’histoire et d’épopées glorieuses.

On dit que la parole a été créée pour déguiser la pensée, l’expression corporelle, elle ne ment pas, et la chorégraphie en est sa plus belle représentation. Douze jeunes danseurs, hommes et femmes, ont ainsi été les acteurs de cette remarquable création chorégraphique, signée par Ahmed Khemis, où le patrimoine culturel algérien apparaît dans tous les tableaux.

 Les traditions ancestrales se confondent avec la volonté de les défendre et de les préserver, et le mérite en revient aux martyrs de la guerre de libération qui se sont sacrifiés pour que notre culture et notre identité se perpétue durant des siècles et abreuvent les générations futures. Aussi, la création chorégraphique de Ahmed Khemis n’a fait que conforter davantage cet attachement aux valeurs de l’identité algérienne.

Cet attachement ne signifie nullement un repli sur soi-même mais, au contraire, une ouverture vers le monde avec, notamment, le partage des idées nobles de liberté, de justice et de dignité avec des penseurs universels et de grands hommes politiques, à l’image de Yasser Arafat et de John Kennedy.

L’évocation de ces deux personnalités s’est faite dans les tableaux chorégraphiques signés Ahmed Khemis. Il faut saluer l’admirable prestation de ces jeunes danseurs qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour la réussite de ce spectacle chorégraphique, réalisé pour la gloire des martyrs de la guerre de libération nationale.

Par leur implication totale et leur enthousiasme, ils ont démontré que la jeunesse actuelle n’oublie pas les artisans de l’indépendance et qu’elle témoignera, à chaque occasion, sa reconnaissance et son dévouement, comme cette célébration de la fête de l’indépendance nationale. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter