Articles similaires

Nationale

#TITRE

596

Un ultimatum fixé à Bouchareb

21 mai 2019 | 21:30


C’est un nouveau bras de fer qui s’annonce au sein de l’APN. Le président actuel de la chambre basse du Parlement, Moad Bouchareb, vit une terrible pression, exercée par son propre parti politique. Il vient de recevoir un ultimatum de deux jours, dont la date butoir est fixée pour aujourd’hui à minuit. Ce sont deux membres du groupe parlementaire du FLN qui lui ont signifié les nouvelles décisions prises.


Après la demande expresse du secrétaire général du parti, Mohamed Djemaï, adressée à Bouchareb, l’invitant à déposer sa démission de son poste de président de l’APN d’une « manière civilisée », voilà que le groupe parlementaire de son propre parti décide de passer à l’action. Le bureau de ce groupe présidé par Khaled Bouyiah, réuni en toute urgence, a appelé Bouchareb à quitter son poste, sans résistance, pour répondre aux exigences du parti et aux revendications du hirak et du mouvement de contestation populaire. Rapidement après l’appel « amical et fraternel » de la semaine passée, l’heure maintenant est à l’ultimatum. On vient de lui signifier que s’il refuse de céder sur cette revendication, les députés du FLN vont certainement recourir à d’autres méthodes et utiliser d’autres moyens pour le pousser vers la sortie. Un remake de l’affaire Saïd Bouhadja, sorti par la grâce d’un cadenas et la fermeture des accès vers son bureau à l’APN.


Déjà depuis deux jours des dizaines de députés FLN ont décidé de geler toutes leurs activités. Cela se voit au niveau des commissions spécialisées du Parlement, mais aussi au niveau du propre bureau du président. Le groupe parlementaire du FLN détient la majorité dans cette institution, donc le gel de ses activités se répercute directement sur le fonctionnement du Parlement. Ce dernier fonctionne depuis des mois au ralenti, et ses dernières séances et plénières ont connu des désaffections spectaculaires. Les groupes parlementaires de la plupart des partis politiques de l’opposition ont quitté l’APN, certains députés ont annoncé avec fracas même leur démission. Une situation qui semble être la conséquence directe des manifestations populaires et de la vague de contestations qui s’est emparée du pays depuis février dernier.


Hier, le groupe parlementaire a décidé de geler ses activités organiques « jusqu’au retrait » de Bouchareb de la présidence de l’APN. Le groupe parlementaire justifie cette décision par « l’entêtement » de Bouchareb, qui « ignore les directives » de la direction du parti.


Le SG du FLN, Mohamed Djemaï, a réitéré ce mardi, dans des déclarations à la presse, la demande du parti en faveur du départ de Bouchareb. « C’est une exigence irréversible sur laquelle on ne reviendra pas », a-t-il dit.


Selon nos informations, le retour de Bouhadja à la tête de l’APN est exclu, en dépit de sa volonté d’aller en justice pour « récupérer son droit ». Dans l’entourage de Djemaï, on avance plusieurs noms de candidats potentiels pour remplacer Bouchareb. Pour l’heure, la préoccupation essentielle du FLN est de pousser à la sortie ce dernier, quitte à l’exclure des rangs du parti dans le cas où il persisterait dans son entêtement.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter