Nationale

#TITRE

251

Un prêt du FNI de 600 milliards de DA pour la CNR

9 février 2019 | 14:00
Lynda Louifi


En difficulté depuis plusieurs années déjà, la Caisse nationale des retraites peine à sortir de la situation de déficit.
Pour y faire face et pouvoir assurer le paiement des pensions de retraite de l’année en cours, un prêt de 600 milliards de dinars sera octroyé à la CNR par le biais du Fonds national d’investissement (FNI).
Cette décision a été prise par le président de la République, a affirmé le directeur général de la Caisse Slimane Melouka. Cette nouvelle mesure, prévue par la loi de Finances 2019, consiste à autoriser le Fonds national d’investissement (FNI) à octroyer des crédits au profit de la CNR à des taux d’intérêt bonifiés à long terme. M. Melouka a précisé que « cette action a été inscrite pour pouvoir répondre aux besoins de la Caisse en fonction du déficit prévisionnel pour l’année prochaine ».
Il a affirmé que la valeur du montant de ces crédits « n’a pas été fixée » dans la loi de finances 2019, pour donner la possibilité à la CNR d’exprimer, à partir de janvier prochain et d’« une manière objective, ses besoins financiers en fonction de la réalité du terrain ».
Le DG de la CNR a estimé que le déficit financier de la Caisse dépassera les 600 milliards de DA en 2019, alors qu’il était de 560 milliards de DA en 2018. « Avec des dépenses de plus de 1 200 milliards de DA à la fin de l’année en cours, la CNR accusera un déficit de 560 milliards de DA pour la fin de l’année 2018, et qui dépassera les 600 milliards de DA en 2019, selon les données prévisionnelles et compte tenu de la conjoncture actuelle », a précisé M. Melouka. Il a aussi expliqué cette situation par le fait que le nombre de retraités « est en croissance », alors que celui des cotisants reste « constant », ajoutant que « l’équilibre financier de la caisse nécessite 5 cotisants pour 1 retraité, contrairement à ce qui est enregistré actuellement (2 cotisants pour 1 retraité) ». Cette situation, est « nettement insuffisante » pour répondre aux besoins des pensions, sachant que les salaires ont augmenté depuis l’année 2012 et que les pensions de retraite sont devenues assez conséquentes, « ce qui accentue le déficit », a-t-il relevé. 
Pour ce qui est d’autres solution servant à combler le déficit de la CNR, M. Melouka a annoncé qu’outre le budget affecté par l’Etat à la CNR en 2018 (plus de 500 milliards de DA), une contribution de solidarité, au taux de 1% applicable aux opérations d’importation de marchandises, « a permis à la CNR de bénéficier d’un apport complémentaire de plus de 20 milliards de DA, durant l’année en cours ».
Pour rappel la CNR a connu, ces dernières années, un déficit croissant, passant de 155,1 milliards de DA en 2014 à 336,8 milliards en 2016 et plus de 479,1 milliards en 2017. Le financement de la CNR provient principalement de la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés(CNAS) et des subventions de l’Etat en matière de solidarité. Néanmoins, la dépense est actuellement « plus importante » que les recettes, qui demeurent pratiquement « figées », bien que le nombre de dossiers déposés ait baissé des 2/3 par rapport aux années précédentes, a indiqué M. Melouka.
S’agissant de l’amendement approuvé en novembre dernier par l’Assemblée populaire nationale (APN), accordant aux membres de la communauté algérienne établie à l’étranger et à ceux qui exercent une activité professionnelle la possibilité de s’affilier au système national de retraites, le DG de la CNR a fait savoir qu’il s’agit d’une affiliation "volontaire", soulignant que cet amendement intervient « suite aux besoins exprimés par notre communauté », notamment, « les Algériens résidant dans des pays dépourvus de système de retraite ».
 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter