Nationale

#TITRE

392

Un pôle d’excellence pour les métiers du BTP en septembre

9 août 2016 | 20:04
Lynda Louifi

En plein boom, le secteur des BTP, essentiel pour le développement économique, bénéficie d’une attention particulière de la part des pouvoirs publics depuis de nombreuses années, notamment en matière de main-d’œuvre qualifiée qui fait défaut en Algérie, d’où le recours aux sociétés étrangères.

Pour faire face à ce déficit, un pôle d’excellence de formation professionnelle dans les métiers du bâtiment et des travaux publics ouvrira ses portes en septembre prochain à Alger. Pouvant accueillir jusqu’à 200 stagiaires, ce pôle sera implanté au Centre de formation professionnelle et d’apprentissage (CFPA) d’El-Harrach.

Dans une déclaration à l’APS, le secrétaire général de Cosider, Abdelkader Hadj Sadok, a rappelé que ce pôle a vu le jour suite à une convention récemment signée entre le ministère de la Formation professionnelle et le groupe public Cosider. Le responsable a souligné que ce nouvel établissement sera doté de 7 ateliers et de 10 classes pouvant accueillir entre 150 et 200 stagiaires et apprentis.

Dans une première phase, il sera dédié aux métiers du BTP et devra assurer 9 programmes de formation diplômante, qui s’ajouteront à des sessions de recyclage et de mise à niveau destinées aux travailleurs de Cosider ainsi qu’à toute autre entreprise du secteur exprimant des besoins en la matière.
Quatre spécialités prioritaires identifiées

Sur l’ensemble de ces formations diplômantes, 4 programmes prioritaires ont été identifiés par le Conseil technique et pédagogique du centre chargé de la mise en place des programmes de formation. Il s’agit des métiers de réhabilitation du vieux bâti, de la restauration de sites et monuments classés, de la ventilation et de la climatisation, ainsi que de l’économie de construction, fait savoir le même responsable. 

Ce sont des spécialités particulièrement demandées par le secteur du bâtiment et de la construction en Algérie, et dont le manque d’effectifs oblige souvent les maîtres d’ouvrage à recourir aux sociétés étrangères pour fournir ces prestations, précise-t-il.

Les formations diplômantes destinées aux stagiaires et apprentis ainsi que les programmes de recyclage du personnel de l’entreprise ont été arrêtés par le Conseil technique et pédagogique du centre, formé de représentants du secteur de la formation professionnelle et du groupe Cosider.

Pour la pratique, l’apprentissage des bénéficiaires des formations diplômantes se fera au niveau des différents chantiers de projets réalisés par le groupe Cosider, fait savoir le même responsable.

La durée des formations diplômantes est de 30 mois, à l’issue desquels les bénéficiaires, qui doivent avoir le niveau de 3e année secondaire, obtiendront un diplôme de technicien supérieur. Concernant les sessions de recyclage et de mise à niveau du personnel de Cosider ou de toute autre société de construction, toutes les catégories de travailleurs sont concernées.

Des programmes de formation pour une main-d’œuvre
qualifiée

Le ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels ainsi que Cosider ont mis en place des formations de formateurs, et ce en prévision de l’entrée en activité de ce nouvel établissement, avec l’envoi de ces derniers vers les différents chantiers de ce groupe public, en sus de formations accélérées en pédagogie d’adulte (andragogie) pour bien assimiler les connaissances et techniques. « L’objectif primordial est d’optimiser le savoir-faire et la technicité des employés du secteur du BTPH », explique-t-il.

La convention liant le ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels avec le groupe Cosider vise, entre autres, la mise en place de nouveaux cursus de formation initiale et continue. Ceci se fera à travers l’élaboration et l’actualisation des programmes de formation conformément aux référentiels des activités professionnelles et des compétences, mais aussi selon l’évolution et les besoins des métiers.

Il s’agit aussi de développer, pour les stagiaires, une pédagogie active basée sur des situations réelles rencontrées dans le secteur du BTPH et de permettre à Cosider de disposer, à terme, d’une main-d’œuvre qualifiée et d’une ressource humaine répondant aux attentes de l’entreprise, relève M. Hadj Sadok. Cet accord devrait enfin permettre de contribuer à la mise en place d’un réseau national de centres de formation dans les domaines intéressant l’entreprise.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter