Articles similaires

Nationale

#TITRE

358

Un imam algérien menacé d’expulsion de France

10 mars 2018 | 20:56
France Amine.B


L’imam de la mosquée de Marseille est dans le collimateur de la justice française. Le prédicateur a fait récemment l’objet d’une décision d’expulsion du sol de son pays d’accueil. Il lui est reproché d’avoir tenu, au cours des dix dernières années, « des propos hostiles aux chrétiens et aux juifs ». Entendu par le tribunal de Marseille qui l’accuse aussi d’avoir incité à la violence contre les auteurs de caricatures sur le prophète Mohammed (qsssl), l’imam, âgé de 63 ans, s’est défendu d’avoir agi contre les autres religions, et dit n’avoir jamais incité à tuer les caricaturistes. « Je n’ai pas incité les gens à les tuer, c’est notre droit de nous défendre. Je ne suis pas d’accord qu’on se moque du prophète, de Moïse, de Jésus. Je n’ai pas dit tuez-les », a-t-il déclaré à la commission qui l’a longuement entendu jeudi et dont les propos ont été repris par les médias locaux. Reste que l’exécution de la décision de justice est du ressort du ministère de l’Intérieur, à en croire les mêmes sources.


Seulement, le concerné, qui séjourne en France depuis près de 37 ans, père de sept enfants, s’accroche à son pays d’accueil. Son avocat, tout en dénonçant un « procédé vicieux », a même laissé entendre aux médias que son client « est prêt à arrêter de prêcher, à renoncer à son poste d’imam pour pouvoir rester en France auprès de ses enfants. ».


La France accueille tous les quatre ans un nombre d’imams algériens pour officier dans les mosquées françaises. Un accord entre les autorités religieuses algériennes et la mosquée de Paris qui chapeaute près de 200 mosquées éparpillées à travers le territoire français lie les deux parties. Ces dernières années, une approche plus rigoureuse a été entreprise par les deux parties afin d’encadrer au mieux les futurs imams devant prêcher en France notamment dans le volet linguistique et surtout celui relatif au respect de lois et traditions du pays d’accueil. L’Union des mosquées de France, proche du royaume du Maroc, a pour sa part pris des initiatives visant à former, à partir de septembre 2018, des imams in situ, soit en France.


Des accords avec la monarchie pour l’envoi d’enseignants, principale préoccupation des autorités françaises en charge du dossier, aurait déjà été scellé. La France recourait, en effet, à des établissements islamiques marocains pour la formation de ses imams. Chaque année, des dizaines de français musulmans sont envoyés dans les universités islamiques marocaines pour suivre des formations dans l’imamat.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter