Nationale

#TITRE

298

Education : un autre mouvement de grève en perspective

7 mars 2018 | 22:21
Lynda Louifi


L’Intersyndicale de l’éducation a prévu une réunion le 10 mars pour décider de la forme et de la date de leurs prochains mouvements de grève. Décidément, le secteur de l’éducation nationale n’en a pas finit avec les mouvements de protestation.
Les cinq syndicats du secteur (CELA, SATEF, SNAPEST, SNTE, UNPEF) ont décidé d’aller vers un autre mouvement de protestation, dont la date sera fixée le 10 mars. Contacté par nos soins, le porte-parole du Conseil des enseignants des lycées d’Algérie (CELA), Idir Achour, dit que « l’Intersyndicale de l’éducation, regroupant cinq syndicats du secteur convoquera son conseil national le 10 mars prochain pour évaluer la situation et prendre les décisions qui s’imposent ». Celui-ci estime que les syndicats du secteur sont contraints de recourir à la pression puisque, a-t-il dit, « le dialogue ne fonctionne plus ».


Selon lui, le département de Nouria Benghebrit les a conviés à la table du dialogue concernant le nombre de postes de promotion à pourvoir. Il sera question de débattre, lors de cette rencontre, de l’avancement de l’examen des préoccupations socioprofessionnelles des enseignants, a indiqué Idir Achour. Ces formations syndicales demandent l’ouverture d’un dialogue « sérieux » et « responsable » dans le but de résoudre les problèmes du secteur. Dans le même document, les syndicats du secteur ont réitéré leur attachement à leur plate-forme de revendications. Celle-ci tourne autour de « l’amendement du décret exécutif 12/240 portant statut particulier des personnels de l’éducation nationale, l’adoption d’un régime indemnitaire incitatif ainsi que la révision de la grille salariale en fonction de l’inflation ».


Ces syndicats exigent également « la révision de la loi fondamentale du secteur de l’éducation et l’attachement aux revendications soulevées dans le cadre de l’Intersyndicale de la fonction publique ». Ils réclament aussi « l’application immédiate concernant la décision présidentielle concernant la revalorisation des diplômes DEUA et licence, la création d’un nombre suffisant de postes pour tous les grades, l’augmentation de la rémunération des heures supplémentaires ainsi que l’amélioration de la situation socioprofessionnelle des corps communs et ouvrier professionnels en procédant à l’annulation de l’article 87 bis ». Les syndicats exigent l’amélioration du pouvoir d’achat car les augmentations arrachées par des luttes syndicales sont aujourd’hui frappées par l’inflation, sans oublier les libertés syndicales.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter