Culture

#TITRE

461

Un Shakespeare à l’affiche

23 juillet 2016 | 19:52
R. C

Ouverte dans la soirée de ce jeudi 21 juillet, au Théâtre régional Abdelkader-Alloula, la neuvième édition du Festival international d’Oran du film arabe s’annonce avec des œuvres cinématographiques de quatorze pays, mis en compétition pour le Wihr d’or.

Après la cérémonie d’ouverture, en présence d’artistes comme Aymen Zidane de Syrie, Dalia Mostafa d’Egypte, Youcef El Khal du Liban, Fawzi Saichi d’Algérie, de Gillo Pontécorvo et Yacef Saadi, respectivement réalisateur et producteur du film La bataille d’Alger, et du ministre de la Culture, Azzeddine Mihoubi, le festival sera animé dans sa compétition par douze longs métrages, autant de courts métrages et dix films documentaires.

En hors compétition, la programmation comprend Ana, anta, oumi wa abi de Syrie (Moi, toi, ma mère et mon père) et Omar Gatlato de Merzak Allouache. Aussi, un Panorama des courts métrages (dix films) est-il proposé au public, afin d’encourager les jeunes talents, selon le commissariat du festival, présidée par Brahim Seddiki.

Quant aux festivaliers, ils pourront également assister au colloque l’Autre dans le cinéma arabe et à une table ronde sur les écrivains du cinéma arabe avec le critique et le cinéaste algérien Mohamed Bedjaoui.

Des hommages, il y en aura, notamment pour le 40e anniversaire du film Retour de l’enfant prodigue, l’une des meilleurs œuvres du cinéaste égyptien Youssef Chahine (1926-2008), honoré à l’ouverture de ce festival, rapporte l’Agence presse service d’Algérie.

Un film auquel a participé le regretté acteur algérien Sid Ali Kouiret. De même que le réalisateur algérien Ahmed Rachedi sera honoré pour sa filmographie qui compte des œuvres sur la guerre de libération nationale et des personnalités historiques comme L’opium et le bâton, Mustapha Ben Boulaid, Krim Belkacem et Akid Lotfi.

L’autre caractéristique de cette édition est la commémoration du 400e anniversaire de la mort de l’écrivain et poète britannique, William Shakespeare (1564-1616). Auteur qui a inspiré le cinéma arabe et mondial et dont les textes tentent toujours les professionnels du 7e art. La soirée de clôture du festival, le mercredi 27 juillet, sera marquée par la remise des prix.

D’ici là, les jurys et le large public appréciera, entre autres, Le chemin vers Istanbul de Rachid Bouchareb (catégorie long métrage), Kandil el bahr de Damien Ounouri (court métrage), Hawajis (Obsession de l’acteur solo) de Hamid Benamra et Fi rassi rond point » de Hassan Ferhani. Les seuls films d’Algérie qui sont en lice pour la plus haute distinction, le Wihr d’or. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter