Articles similaires

Nationale

#TITRE

222

Trois milliards de dollars pour le secteur de l’eau en 2018

18 février 2018 | 20:49
Ressources en eau Lilia Aït Akli

Le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, a annoncé hier, lors de son passage à la radio nationale, que le plan de charge pour l’année 2018 de son ministère est de l’ordre de 280 milliards de DA (3 milliards de $). Le plan inclut un programme neuf de 160 milliards DA et le dégèlement de certains projets qui s’élèvent à 84 milliards.

Hocine Necib a tenu à rappeler la stratégie adoptée par le ministère, qui repose sur plusieurs axes, dans le but de sécuriser l’alimentation en eau potable du pays. Cette stratégie, qui existe déjà depuis les années 2000, repose, entre autres, sur la diversification des ressources en eau, à travers la mobilisation de toutes les ressources conventionnelles (les eaux captées par les barrages, les eaux souterraines…), et non conventionnelles (le dessalement). Il a aussi évoqué l’intérêt de son secteur pour le domaine de l’hydraulique agricole qui contribue au développement de nouvelles surfaces agricoles. Outre la stratégie adoptée par ses services pour faire face au stress hydrique, l’invité de la rédaction de la Chaîne 3 a rappelé la détermination de son département à réduire les fuites d’eau à 18%. Ces dernières sont de l’ordre de 30%. Un pourcentage qualifié par le ministre de très élevé et qui engendre une grande perte. Pour remédier à ce phénomène, il a signalé la mise en place d’un chantier qui consiste à rénover les réseaux d’assainissement dans plusieurs wilayas du pays. « Notre rythme de réalisation est d’environ 1 500 km par an, mais notre ambition est d’atteindre un rythme de 2 000 km/an », a précisé le ministre. « Avec cette cadence, nous allons pouvoir réduire les fuites d’eau à un niveau inférieur à 20% en 2030, peut-être même à 18% », a-t-il ajouté, en rappelant le fait qu’il n’y a pas de réseau qui ne fuite pas, avec une moyenne mondiale de 12 à 15%.

Ces pertes s’élèvent à 50%. Elles sont accentuées par les branchements illicites. « 15 à 20% des pertes sont issus des vols d’eaux qui sont consommées mais non facturées », a précisé le ministre. « Cette situation engendre des pertes commerciales importantes pour l’Algérienne des eaux et représente une atteinte au domaine public hydraulique », a-t-il enchaîné. Pour ce qui est de la reconduction du contrat avec la SEAAL, qui prendra fin au mois d’août, le ministre a fait savoir que « nous sommes en phase d’évaluation des objectifs », qui déterminera sans doute la reconduction ou non de cet opérateur chargé de la gestion de l’eau potable à Alger et Tipasa. L’augmentation de la tarification de l’eau a fait aussi objet de questionnements. A ce sujet, le premier responsable du secteur de l’eau a tenu à rassurer encore une fois sur le fait que « cela ne figure même pas dans l’agenda du ministère ».

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter