Articles similaires

Nationale

#TITRE

702

Trafic d’armes : Des peines d’un à sept ans de prison prononcées

9 janvier 2019 | 21:41
Trafic Redouane Hannachi


Siégeant en matière criminelle, le tribunal de la deuxième instance d’Alger a prononcé des peines allant d’une année avec sursis à sept ans de prison ferme en passant par deux, trois et cinq ans de prison ferme.


Le même tribunal a prononcé trois acquittements dans le cadre de la même affaire par le président du tribunal criminel d’Alger, Hadj Mihoub Sidi Moussa Kamel.


Les mis en cause, dont cinq sont incarcérés à la prison d’El Harrach, ont été reconnus coupables de trafic d’armes car ils ont été arrêtés en possession de celles-ci et d’une importante quantité de munitions, soit 8 Beretta, 4 fusils arpents et 4 fusils de chasse, 5 kg de chevrotines, 47 balles à pointe creuse et des chargeurs vides.


Le groupe, qui activait à travers plusieurs régions du pays notamment à Barika, Batna, Bordj Bou Arreridj et Bouira a été démantelé suite à une minutieuse enquête du groupement de la gendarmerie de Bouira.


Les inculpés ont nié tous les faits relatifs au trafic d’armes, déclarant que les aveux leur ont été soutirés sous la torture par les éléments de la brigade des investigations de la Gendarmerie nationale.


Ces derniers ont réussi à mettre fin aux agissements de cette bande de malfaiteurs après avoir dressé un barrage sur l’autoroute Est-Ouest, à quelques kilomètres du chef-lieu de la wilaya de Bouira.


Le procureur général Issad a requis des peines de quatre ans, sept et huit ans de prison ferme contre les inculpés, lesquels étaient en liberté provisoire, et la perpétuité contre ceux qui se trouvaient au box des accusés.


Le même procureur a requis la saisie de toutes les pièces à confisquées au cours de l’instruction judiciaire.


Le président du tribunal criminel a par ailleurs prononcé dix ans de prison ferme par contumace contre M.S, qui demeure activement recherché et contre lequel un mandat d’arrêt a été lancé.


Les avocats de la défense, qui comptent introduire des pourvois en cassation auprès de la chambre criminelle de la Cour suprême, ont axé leurs plaidoiries sur les anomalies relevées durant l’enquête préliminaire et l’instruction judiciaire entamée au tribunal de Bouira.


Certains d’entre eux ignoraient que le juge d’instruction du tribunal de Bouira s’étaitdessaisi du dossier en faveur de son collègue du pôle judiciaire du tribunal de Sidi M’Hamed, car cela relève des prérogatives du deuxième tribunal de mener l’enquête judiciaire.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter