Articles similaires

Nationale

#TITRE

582

Tomate industrielle à Annaba Une production record attendue

7 mars 2018 | 20:41

Après une période de vaches maigres qui aura duré plus d’une dizaine d’années, Annaba renoue avec la production de la tomate industrielle et peut retrouver son aura d’antan pour peu que les pouvoirs publics autorisent enfin les conserveries fermées à rouvrir.

En effet, avec 16 157 hectares affectés à la culture de la tomate dans la région d’Annaba regroupant les wilayas de Guelma, d’El Tarf et de Skikda, on s’attend cette année à une production de 58 000 tonnes de double concentré de tomate soit environ 340 000 tonnes de tomate fraîche. Une production qui, chaque année, connaît une amélioration au vu des mesures prises par l’Etat pour ressusciter cette filière sinistrée ; mesures qui ont trait à des subventions et à des aides sous différentes formes aussi bien au producteur qu’au transformateur.

Durant la campagne précédente, il a été produit 44 000 tonnes de double concentré de tomate. Cela reste très insuffisant et en deçà des besoins du marché national qui sont de l’ordre de 120 000 tonnes de ce produit. Mais avec le retour des centaines de producteurs à la filière du fait justement de ce "dopage" administré par les pouvoirs publics, on s’attend à ce que la production aille crescendo pour atteindre les objectifs fixés par les contrats de performance de chaque wilaya. A la Direction des services agricoles (DSA) d’Annaba, on se dit satisfait des prévisions de production annoncées et l’on espère voir, l’année prochaine, revenir à la filière les agriculteurs qui s’étaient convertis à d’autres cultures.

Cet optimisme sous-tendu par les subventions accordées aux uns et aux autres ne peut, à vrai dire, ignorer les problèmes dans lesquels se débat la filière de la tomate industrielle, confrontée à la fermeture de 7 conserveries sur les 13 que compte la région. Les conserveries fermées sont saisies par les banques créancières et sont en phase de liquidation, malgré la décision du gouvernement de surseoir à leur vente et de procéder au rééchelonnement des dettes contractées, tout en prenant à sa charge les intérêts générés par cette opération. Les banques persistent et signent et poursuivent la procédure bradant ces outils de production.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter