Articles similaires

Regionale

#TITRE

461

Tizi Ouzou:Le wali rassure les investisseurs

5 novembre 2018 | 20:28
Tizi-Ouzou Saïd Tissegouine


Abdelhakim Chatter a rencontré,ce lundi, les investisseurs de la wilaya de Tizi Ouzou à l’effet de s’imprégner de leurs préoccupations, avec en toile de fond le lancement réel et effectif des opérations d’investissement tant demandées par les pouvoirs publics et tant souhaitées par la population. Cette rencontre, qui a eu lieu dans la grande salle des réunions de la wilaya, a été effectivement l’occasion pour les investisseurs, nombreux à ce rendez-vous, d’exposer encore une fois les différents obstacles qu’ils rencontrent et qui font barrage à leurs projets.


Le wali a d’abord commencé par rassurer ses interlocuteurs sur la volonté de l’Etat d’encourager les investissements à Tizi Ouzou et d’accompagner les investisseurs dans leurs missions en leur facilitant l’accès à ce créneau. Abdelhakim Chatter a annoncé que sur 1 300 dossiers de demandes d’investissement, 300 ont été acceptés après étude. De leur côté, les investisseurs, après avoir rappelé leur réelle volonté d’investir et de contribuer à la création de richesses, ont soulevé, comme par le passé d’ailleurs, les différents problèmes qu’ils rencontrent sur le terrain. Les opérateurs économiques qui sont intervenus ont abondé dans le même sens, à savoir signaler du retard dans l’étude des dossiers, la difficulté à obtenir le permis de construire, l’absence de viabilisation, l’absence de foncier industriel et tant d’autres volets en corrélation avec leurs missions.


Vu les doléances des investisseurs, il semblerait qu’il s’agisse en premier lieu d’une absence flagrante de connexion entre les différentes parties concernées. Dans certains cas, par exemple, l’opération d’investissement est tout simplement freinée par l’absence d’électricité. Dans d’autres cas, c’est l’assainissement qui est pointé du doigt. Le problème majeur reste cependant l’accès au foncier industriel, en dépit de sa disponibilité.


En effet, les spéculateurs du foncier avec bien entendu la complicité des fonctionnaires corrompus, font croire que les terrains devant accueillir les projets d’investissements sont d’une grande rareté. Interrogé à ce propos, le wali répondra : « Je dois disposer de données fiables pour me fixer sur ce cas ». Il convient cependant de relever que le wali n’a jamais caché son aversion pour les promesses. En revanche, le président de l’APW, Youcef Aouchiche que nous avons questionné sur le devenir des terrains détournés par les spéculateurs, a déclaré que l’APW de Tizi Ouzou a voté une délibération en 2014 portant sur la récupération des terrains gardés toujours nus obtenus alors qu’ils rentraient dans le cadre de cette délibération. « 23 lots, dont la superficie générale est de 23 ha, ont déjà été récupérés ». Le président de l’APW a souligné que opération d’assainissement du foncier agricole se poursuit toujours.


Notons par ailleurs, que le député de Tizi Ouzou, Tayeb Mokadem, a saisi les plus hautes autorités du pays sur les détournements flagrants du foncier de Tizi-Ouzou et a souligné la nécessité pour les pouvoirs publics de les récupérer. Au terme de notre enquête, il apparaît que parmi ces spéculateurs du foncier figurent de hautes personnalités. Le cas le plus illustratif est un terrain de plusieurs dizaines d’hectares obtenu dans les années 1990 par le frère d’un ancien ministre dans le cadre d’un investissement. Mais au lieu de l’utiliser à cet effet, ce spéculateur l’a tout simplement revendu plus de cinq fois le prix initial. A Tizi Ouzou, il n’est pas rare qu’un terrain à vocation industrielle change de main quatre à cinq fois.


Et naturellement, un bénéfice est tiré à chaque opération de revente. Il n’est pas rare non plus de voir des bâtiments à usage d’habitation sur des terrains, alors que ceux-ci étaient destinés initialement à accueillir des projets d’investissement. Nous devons réitérer


que ces opérations d’escroquerie ont été rendues possibles par des fonctionnaires véreux. Selon certaines indiscrétions, ces derniers demandent une patente de l’ordre de 10% sur le prix de revente.


L’autre volet constituant la problématique de l’investissement dans la wilaya de Tizi-Ouzou est l’absence de compétences d’un bon nombre d’investisseurs ou tout simplement d’entreprises reconnues pourtant comme productrices de richesses.


Sinon comment expliquer que sur les 2 000 ou 2 500 investisseurs que compte la wilaya de Tizi-Ouzou, pas un seul n’a été primé sur la scène nationale ?


Par ailleurs, sur l’ensemble des entreprises inscrites au registre du FCE, bureau de Tizi-Ouzou, seulement 400 d’entre elles font travailler jusqu’à une trentaine de personnes.


 


Soulignons que le wali a donné instruction à ses collaborateurs directs d’enregistrer tous les problèmes rencontrés par les investisseurs.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter