Nationale

#TITRE

309

Tizi Ouzou : L’avenir touristique est prometteur pour la wilaya

29 septembre 2016 | 13:12
Saïd Tissegouine

A l’occasion de la Journée internationale du tourisme, universitaires et experts, professionnels du tourisme à l’instar d’hôteliers, de restaurateurs, de représentants d’agences et offices de tourisme, ainsi que les dirigeants de la wilaya de Tizi Ouzou se sont réunis, hier, à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi-Ouzou pour débattre de la question touristique dans la wilaya.

Placée sous le slogan « Tourisme pour tous », cette rencontre a permis aux différents intervenants d’aller dans le fond du problème touchant à l’économie touristique ou tout simplement la mise en exogène des différents obstacles rencontrés par les professionnels du secteur. Sans la moindre amphibologie dans les différents exposés, les différents intervenants ont, chacun en ce qui le concerne, mis surtout à l’index le foncier touristique, l’infrastructure routière, l’espace environnemental immédiat et, enfin, l’absence de toute synergie des différentes parties concernées par ce créneau.

L’exemple le plus frappant en matière d’incohérence dans l’action de la préparation de l’activité touristique est donné par les communes se trouvant dans la zone côtière, à l’instar de Tigzirt et Azeffoun, Aït-Chaffaï, etc. A considérer que l’acte touristique est à situer en été en ce qui est de l’élément temporel et au niveau des plages en ce qui se rapporte à l’espace géographique. Or, il est connu que nos plages sont écologiquement repoussantes. L’exemple tristement à signaler est celui de la plage du Carroubier dans la commune d’Azeffoun. Les galets et les détritus, auxquels une bonne couche de goudron y est collée, jonchent hideusement la plage.

Le jour même où Hamid Grine, ministre de la Communication, a donné le coup d’envoi de la saison estivale 2016 au Carroubier, le 15 juin 2016, la plage était repoussante. Certains esprits ont pensé que c’était l’approche du ramadhan qui a incité les responsables de cette commune à surseoir à son nettoyage. Hélas, non. Durant tout l’été, cette plage était d’une saleté repoussante.
En pareil cas, comment espérer accueillir un touriste milliardaire, celui-là même susceptible de laisser un chèque de plusieurs millions de dollars ou d’euros ? Un humoriste a déclaré qu’un homme nourrissant une grande tendresse pour son mulet n’aurait pas le courage de le faire passer par la plage du Caroubier, tant les risques de se faire briser une jambe sont réels vu les nombreux galets qui sont même à fleur de sable.

L’exemple donné par l’APC d’Azeffoun quant à l’absence de toute politique touristique a été médité par de nombreux professionnels du tourisme. Les hôtels avec toutes les commodités recherchées par le touriste, celui-là même par qui l’économie touristique est assurée, sont quasiment absents. Les voies de communication sont également dans le besoin d’être rénovées ou développées davantage. Les agences et offices de voyages sont, quant à eux, dans le besoin urgent de réviser leurs sciences se rapportant aux voies et moyens d’attirer les touristes et, surtout, de veiller à ce que leur clientèle ne subisse pas de déception.

Tous ces manquements et lacunes ont été soulevés hier à l’occasion de ce rendez-vous. Il n’en demeure pas moins cependant qu’en dépit de tous ces aléas, la volonté de donner au tourisme ses lettres de noblesse tant méritées existe chez les pouvoirs publics et les professionnels du secteur.
En effet, en marge des travaux de cette conférence, le directeur du tourisme de la wilaya, Rachid Ghadouchi, a déclaré au Jeune Indépendant que « l’avenir du tourisme à Tizi Ouzou est prometteur ». Notre interlocuteur justifie cet optimisme par une réelle culture touristique qui commence à s’imprégner dans l’esprit du citoyen. 

Sur le registre purement pratique, Rachid Ghadouchi a indiqué que pas moins de 201 dossiers de projets touristiques sont déposés au niveau des instances compétentes. « De ces 201 dossiers, poursuit-il, 25 sont en cours de réalisation et sont d’une capacité de plus de 1200 emplois ».

Le directeur du tourisme de la wilaya note enfin que 86 projets sont en instance d’étude et 92 autres ne sont pas encore traités. Rachid Ghadouchi ne se sépare pas du Jeune Indépendant sans rappeler le véritable point noir du secteur touristique qui réside indéniablement dans le foncier. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter