Nationale

#TITRE

314

Tebboune : « Il est temps que vous payiez votre impôt »

27 juin 2017 | 19:19
Hocine Adryen

Le nouveau Premier ministre Abdelmadjid Tebboune veut se singulariser de ses prédécesseurs en instituant un impôt sur les grosses fortunes. Si cette décision venait a être instaurée, ce serait une première dans l’histoire de l’Algérie post-indépendante.

Car la taxation de la fortune n’était pas à l’ordre du jour en Algérie jusqu’à aujourd’hui. Le ministre Finances actuel, Abderrahmane Raouya, fut même contre cette mesure a l’époque où il était a la tête de l’administration des impôts : « Tous les pays qui disposent d’impôt sur la fortune n’attendent pas un rendement important.

C’est beaucoup plus pour établir des statistiques qu’autre chose », disait-il à l’époque : « Nous l’avons en Algérie, il s’agit de la caution du patrimoine », a-t-il ajouté. « En revanche, ce qui est intéressant au niveau de cet impôt « c’est de connaître la fortune de certains et de les identifier » répétait-il. Depuis ces dix dernières années, il s’est développé en Algérie des fortunes colossales.

Ces fortunes sont surtout remarquées dans les secteurs de l’importation, des travaux publics, du bâtiment et de l’agroalimentaire. Mais à l’inverse, cette décision ne manquera pas de provoquer une levée de boucliers de la part des plus grosses fortunes d’Algérie. 

Abdelmadjid Tebboune a estimé que les détenteurs de fortunes doivent apprendre à payer les impôts : « Il y aura un impôt juste sur les grands investissements industriels », a-t-il affirmé en rappelant les nombreuses exonérations dont les investisseurs bénéficient :

« Certains investissements sont rentrés en production. Il est temps que l’État revendique ses droits du point de vue de l’impôt », a-t-il averti. Reste à savoir à combien va s’élever cet impôt ? Quelques calculs et... un gros manque à gagner pour les caisses de l’Etat. Quel patrimoine est pris en compte ?

Comment le riche contribuable compte-t-il déclarer et payer sa richesse lui qui aime bien vivre caché et sans payer la moindre dîme à l’Etat algérien ? Il faut dire que depuis des décennies les grandes fortunes échappent totalement à l’impôt sur la fortune. Cette mesure sera incluse dans la loi de Finances pour 2018. La création de cet impôt va susciter des débats et controverses.

Sur un tout autre registre, Abdelmadjid Tebboune a annoncé la création, au niveau du Premier ministère, d’une inspection générale qui aura pour mission de contrôler les finances publiques et conférer davantage de transparence au financement et à la réalisation des projets publics, précisant que le gouvernement va lever le gel sur quelques projets de rentabilité économique importante : « Le gouvernement procèdera prochainement et pour la première fois, à la mise en place d’une inspection générale au niveau du Premier ministère, regroupant toutes les compétences économiques, financières et juridiques qui se penchera sur les problèmes majeurs en matière de marchés publics », a déclaré Tebboune lors d’un conférence de presse à l’issue du vote du plan d’action à l’APN.

Cette inspection aura pour mission « le contrôle minutieux des finances publiques, notamment les marchés nécessitant des fonds conséquents », a-t-il indiqué, ajoutant : « Nous parviendrons, à travers cette Commission et avec le concours de tous les ministères concernés, à la transparence que nous nous sommes engagés à conférer en matière de marchés publics et à augmenter le rendement des investissements lancés. » Tebboune réussira-t-il à faire plier le patronat sur cette question ?

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter